Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé

  • "Son gratin de courgettes l’envoie à la morgue".

    Toutes les courges ornementales sont considérées comme toxiques.

    Un Allemand de 79 ans est décédé, dimanche dernier à Heidenheim, une ville du Wurtemberg (sud). Les légumes qu’il avait mangés étaient empoisonnés.

    Enfin le mot courge est parfois employé avec le sens péjoratif d’"imbécile" par référence, dit-on, au vide interne du fruit. Source Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction de Alain Rey. Dictionnaires Le Robert, 1998.

    Mise à jour du 29 octobre 2017. Seppi rapporte le tragique évènement survenu à un Allemand avec cet article, C’est confirmé : des traces de pesticides peuvent tuer un homme par Ludger Weß (Wess). Seppi indique que Cet article très sérieux malgré son ton ironique ne s’en prend pas à l’agriculture biologique en tant que telle, mais aux idéologies.

    Les médias allemands ont rapporté cette semaine l’histoire émouvante d’un homme tué par des traces d’un insecticide. Le retraité et son épouse de Heidenheim, Bade-Wurtemberg, avaient mangé un ragoût végétarien préparé avec des courgettes. Les courgettes étaient un cadeau d’un membre de la famille, un jardinier passionné qui avait suivi tous les conseils du manuel du jardinier bio. Elle avait planté des courgettes dans le jardin familial sans utiliser de pesticides de synthèse ni d’engrais artificiels. Elle avait même gardé les graines des récoltes précédentes plutôt que d’acheter chaque année de nouvelles graines des grandes entreprises semencières, quelque chose que les partisans de l’agriculture naturelle recommandent fortement.

    Mais quand le couple a mangé les courgettes de la récolte de cette année, ils ont dû être admis à l’hôpital quelques heures plus tard. Le visage de l’homme avait viré au jaune, et les deux étaient pris de violentes douleurs abdominales, de crampes d’estomac, de vomissements et de fortes diarrhées. Après avoir souffert pendant près de deux semaines, l’homme est décédé. Sa muqueuse gastrique avait été littéralement écorchée. Sa femme a eu plus de chance et a pu quitter l’hôpital quelques jours avant le décès de son mari.

    Les courgettes avaient eu un goût amer, que l’homme a ignoré. Après tout, c’était un repas végétarien naturel, et des aliments au goût amer sont recommandés par les sites de santé naturelle comme un excellent moyen de débarrasser naturellement le corps des substances toxiques accumulées dans les cellules. D’ailleurs, il aimait le goût de la chicorée amère, il en avait planté dans son propre jardin. Sa femme, au contraire, n’a pas pu supporter le goût et elle n’a avalé que quelques bouchées.

    Qu’est-ce qui a empoisonné et finalement tué l’homme ? Les médecins ont rapidement trouvé. Ce que la famille ignorait, c’est que les courgettes avaient été contaminées par un insecticide extrêmement toxique. La substance chimique avait été fabriquée par la plus grande et la plus ancienne productrice de poisons mortels du monde : Monsanto Nature.

    L’insecticide en question est appelé cucurbitacine, un antagoniste d’une hormone stéroïde d’insectes agissant au niveau du récepteur ecdystéroïde. Ce récepteur est impliqué dans le développement et la reproduction de nombreux insectes, et la substance chimique empêche les chenilles de muer et de croître et les insectes adultes de se multiplier. La substance est fabriquée par les courgettes sauvages et des plantes voisines comme les citrouilles, les melons, les courges ou les gourdes pour repousser ou tuer les prédateurs. Les efforts d’amélioration des plantes ont produit des variants dépourvus de la capacité de se protéger par la toxine – un processus totalement contraire aux lois de la nature qui produit des aliments favorables à la santé humaine, mais dans des plantes qui sont vulnérables à leurs ennemis.

  • Vive les chiens militaires! ils nous protègent.....

    102.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    103.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    104.jpg

     

     

     

     

     

     

     

  • Des médecins américains ont déterminé qu'une forme de la grippe aviaire pouvait être transmise à l'homme par des chats.

    Un vétérinaire américain a été contaminé par la grippe aviaire H7N2 qui lui a été transmise par un chat malade habitant dans un refuge pour animaux de New York. Il s'agit du premier cas de transmission de ce virus d'un chat à un homme, relate Gizmodo. Selon les médecins, 162 employés et volontaires du refuge ont été examinés.

    Des symptômes ont été détectés chez un vétérinaire qui a développé une légère forme de ce virus. Bien qu'il n'y ait pas de facteurs prouvant l'infection d'autres personnes, le département de la Santé publique de la ville de New York appelle les citoyens à être prudent et suivre l'état de santé de leurs chats.

    Le chat qui a transmis H7N2 au vétérinaire pourrait avoir été contaminé après avoir mangé une colombe malade ou avoir été en contact avec un autre chat. Les vétérinaires ont dû l'euthanasier, car le virus avait provoqué chez lui une pneumonie grave. H7N2 est une des souches du virus de la grippe aviaire.

    La maladie provoquée par cette grippe ressemble à la grippe saisonnière. La pathogénicité de H7N2 n'est pas importante, ce qui veut dire qu'il est rare qu'il représente un danger pour la santé humaine. Les autres souches de la grippe aviaire, à savoir H5N1 et H7N9, sont mortellement dangereuses.

  • Je suis toujours épatée par la conn... des gens!!! a ce niveau, c'est anthologique!


  • Les pépins de santé de Tintin, globe-trotter intrépide

    Vous êtes-vous jamais demandé combien de fois le héros dessiné par Hergé a été blessé ou malade tout au long de sa vie hasardeuse et trépidante qui l’a conduit dans 23 pays réels ou imaginaires, mais aussi sur la Lune ou au contact d'un fragment de météorite ("L'étoile mystérieuse")? Ne cherchez plus ! Toutes les réponses, parfaitement documentées, se trouvent dans un article publié en ligne le 11 mai 2015 dans la revue La Presse Médicale. Il est signé de cinq auteurs (quatre français, un américain et un britannique), infectiologues et généticien moléculaire, tous fans inconditionnels de Tintin.

    Les auteurs se sont amusés à recenser tous les problèmes médicaux que le célèbre globe-trotter a éprouvé de 1930 à 1976, depuis " Tintin au pays des Soviets " jusqu’à " Tintin et les Picaros ". Ils ont évalué les causes et conséquences de tous ses soucis de santé, qu’ils aient été traumatiques ou non, provoqués par un tiers ou du seul fait de l’imprudence du héros.

    Au total, 244 accidents médicaux liés à 236 situations plus ou moins périlleuses ont été comptabilisés. Le valeureux personnage de fiction a eu 33 accidents de voiture ou d’avion, dont six résultants de tentatives d’homicides sur sa personne. Il sera en outre enlevé seize fois. Des  kidnappings dont il subira des conséquences pour dix d’entre eux, en l’occurrence six traumatismes et quatre intoxications au gaz ou chloroforme.

    Malgré tout, Tintin ne fut hospitalisé que six fois et ne subit que deux actes chirurgicaux, dans " L'Île noire " et " Objectif Lune ". Mais Tintin n’est resté à l’hôpital qu’un seul jour dans trois aventures, et quelques jours ou semaines dans trois autres. Dans Le Sceptre d'Ottokar (1938-39), il se retrouve certes aux urgences après un accident de voiture mais en sort avant même d’avoir été examiné par un médecin.

    Le personnage de fiction a connu en moyenne huit soucis de santé par aventure. Leur nombre a cependant diminué après 1945, passant après cette date de 14 problèmes de santé en moyenne à 6 par album. Sans doute faut-il y voir le fait que Tintin a été rejoint dans ses aventures tumultueuses au fil du temps par d’autres personnages, en l’occurrence par les détectives Dupont et Dupond en 1934, Tchang le jeune orphelin chinois en 1936, le vieux loup de mer capitaine Haddock et le professeur Tournesol, doux rêveur et inventeur hétéroclite. L’apparition de ces nouveaux personnages a probablement incité Hergé à un peu plus préserver Tintin de problèmes de santé, mais sans doute au détriment de ses compagnons d’aventures, selon les cas, alcoolique, sourd ou légèrement idiot.

    Sur les 244 problèmes de santé de Tintin, 191 étaient des accidents traumatiques, dont 62 % de traumatismes crâniens. La plupart d’entre eux étaient des commotions cérébrales légères ou moyennes, survenues tout de même à 84 reprises. Le héros sera victime de six polytraumatismes. Les autres accidents traumatiques correspondent à 53 traumatismes fermés (sans autre conséquence qu’une douleur), mais également à des brûlures (6 fois), des plaies par arme à feu (3 fois), des morsures (7 fois). Ces dernières ont été provoquées par un homme, un lion, un perroquet, un piranha, un rat, un requin, et même par Milou. Le moins que l’on puisse dire est que Tintin possède une incroyable résistance aux traumatismes de toute nature.

    Les autres soucis de santé de Tintin ont été des problèmes de sommeil liés un stress intense (15 %), des manifestations liées à une anxiété ou une dépression (13 %), des problèmes liés à la consommation d’alcool (9 %).

    Le reporter à la houpette a eu 46 pertes de connaissance lors de 16 aventures. Pour 23 d’entre elles, elles étaient d’origine traumatique. Tintin est notamment resté inconscient à deux reprises après qu’on lui a tiré dessus, mais les balles ne feront qu’érafler les côtes ou le crâne. Il ressort que 29 % des événements ayant conduit à un problème de santé étaient intentionnels, autrement dit causés par des tiers contre Tintin, dont 55 tentatives de meurtre.

    Curieusement, les auteurs n’ont pas trouvé trace de la moindre pathologie liée aux voyages chez le globe-trotter intrépide que les aventures ont pourtant amené à connaître des catastrophes naturelles (avalanches, tremblements de terre, tempêtes sur terre et sur mer) ainsi que de nombreux environnements hostiles dans 18 contrées bien réelles, qu’il s’agisse notamment de l’océan Arctique, du Sahara, des déserts d’Arabie, de l’Amazonie, des forêts d’Indonésie, des montagnes des Andes ou de l’Himalaya. A noter qu’il est plus qu’étonnant que ce personnage n’ait jamais eu la diarrhée du voyageur ("tourista"), de fièvre, d’infection respiratoire, de coup de soleil, de piqûre d’insecte, ni même le mal de mer ou encore le mal aigu des montagnes, pathologie liée à l’altitude.

    Bref, un vrai dur à cuire ce Tintin. Une résilience hors du commun. Normal non? N’est pas Tintin qui veut. Tous les journalistes le savent!

    Marc Gozlan, journaliste à Sciences et Avenir

    Pour en savoir plus:

    Caumes E, Epelboin L, Leturcq F, Kozarsky P, Clarke P. Tintin's travel traumas: Health issues affecting the intrepid globetrotter. Presse Med. (2015), 11 May 2015.

    Medrano J, Malo P, Uriarte JJ, López AP. Stigma and prejudice in Tintin. BMJ. 2009 Dec 16;339:b5308.

    Cyr A, Cyr LO, Cyr C. Acquired growth hormone deficiency and hypogonadotropic hypogonadism in a subject with repeated head trauma, or Tintin goes to the neurologist. CMAJ. 2004 Dec 7;171(12):1433-4.

  • Regardez cette photo. Elle vous fait rire? non, tremblez plutôt!

    00000000.jpg

    En ouvrant la porte des toilettes, le 16 juin dernier, Stacey Feely est tombée sur sa fille de 3 ans en train de mener un étrange bal: la petite était debout sur la lunette des toilettes, une main posée contre le mur pour ne pas tomber. Dans un premier temps, la mère de famille domiciliée dans le Michigan a trouvé cette scène plutôt rigolote et l'a immortalisée. Mais quand la blondinette a expliqué à sa maman les raisons d'un tel manège, son sourire a rapidement disparu. "Au moment où elle m'a dit ce qu'elle était en train de faire, j'ai craqué", explique l'Américaine à BuzzFeed.

    En fait, la petite fille était en train de répéter un exercice que l'on venait de lui enseigner à la garderie: comment réagir lorsqu'un tireur fait irruption dans l'école et comment se comporter si l'on est coincé dans les toilettes. Stacey raconte qu'elle a été horrifiée de constater que son enfant de 3 ans apprenait déjà ce genre de choses. "À ce moment-là, ma fille de 3 ans a perdu toute son innocence", déplore-t-elle. Bouleversée par cette prise de conscience, la mère de famille s'est connectée sur Facebook et a publié un texte poignant à l'intention des défenseurs des armes à feu aux États-Unis.

    De nombreuses réactions

    "Politiciens, regardez. Ceci est votre enfant, vos enfants, vos petits-enfants, vos arrière-petits-enfants et les futures générations à venir (...) Ils ont à peine 3 ans et se cacheront dans les WC en se tenant debout sur les toilettes. Qu'est-ce qui sera le plus dur pour eux? Essayer de rester silencieux pendant un long moment ou essayer de garder l'équilibre?", écrit Stacey. L'Américaine estime que sa photo devrait motiver les gens à lutter pour que la loi change et que leurs enfants ne grandissent pas en apprenant à avoir peur à l'école. "Personne ne pense que le contrôle des armes sera à 100% un contrôle des crimes. Mais peut-être que cela aidera dans 1%, 2%, 50% des cas? Qui le saura si on n'essaie pas?", se demande Stacey.

    La publication de la mère de famille a provoqué des réactions aussi nombreuses que contrastées. Beaucoup d'internautes ont été choqués d'apprendre que de si jeunes enfants apprenaient déjà comment se comporter en cas de fusillade, tandis que d'autres ont reproché à Stacey d'être à côté de la plaque:" C'est dommage que vous accusiez les armes au lieu des gens qui les utilisent. Dans la plupart des cas, les armes utilisées pour ces crimes horribles ont été obtenues de manière légale", a notamment écrit une certaine Jennifer. Stacey avoue qu'elle ne pensait pas que sa publication provoquerait un tel engouement. "Nous avons tous une voix, il faut l'utiliser. Si une photo peut aider à réveiller les gens (...) alors je continuerai à m'exprimer et à la partager", explique-t-elle.