Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Femmes

  • Défoncé de la calebasse!

    Vraiment basse, la calebasse!

    Le genre expliqué aux nuls!

    Envoyé par une amie médecin

    Dans le temps, on pouvait avoir mauvais genre, mais la notion d'être genré, n'existait pas et ne prenait pas la tète.

    J'ai du me  faire raconter cette histoire deux fois, pour être sûre d'avoir bien compris ( parce que c'était raconté un peu dans le désordre) et pourtant je suis assez au point sur le "genre".

    Il s'agit d'une très banale "histoire de genre" parfaitement loufoque comme on sait les faire maintenant

    Histoire drôle .... je vais remplacer Campagnol bientôt... :-)

    Un jeune homme part à Paris faire des études dans le "cinéma“.

    Au bout de quelques mois, il déclare à son père qu'il est finalement une fille, il se sent fille etc... Ce qui est possible après tout par les temps qui courent...

    Le père fait “gloup's“, puis se fait à l'idée.

    Le jeune homme fait une visite à ses parents à Noel, et leur avais dit "je vous amènerai mon copain"...

    Re-“gloup's“, mais quand on aime un enfant, on se fait à  l'idée qu'il pourrait être "homo" en quelque sorte, en plus de se sentir fille... donc les parents se préparent "mentalement"…

    donc le grand jour arrive... et les parents voient arriver: leur garçon (XY) habillé en garçon,  et son copain, mais il s'agit en fait d'une fille XX, mais qui se sent garçon.. et qui pour faire "joli" a mis une robe

    J'espère que vous avez tout suivi

    Donc, le père qui n'y connait rien à ses histoires de genre ne s'en remet pas ...

    Il y a un peu de quoi

    Ni l'un ni l'autre du couple, ne veut se faire opérer pour changer de sexe physique, et changent même de "genre"  quand ils veulent... si la fille se sent mec, elle est mec et vis versa.

    Ils sont gender fluid

     

    Tout ceci relève d'une "posture mentale", d'un " genre " qu'ils veulent se donner si je peux m'exprimer ainsi.

    (Opérationnellement et "médicalement", ou physiologiquement, ce sont une fille et un garçon)

    Bref: cela s'appelle du "déconstructivisme"  dont la pseudo théorie du genre n'est qu'une expression.

    Une pseudo-théorie perverse inventée par les féministes américaines sur aucunes bases scientifique, neurologiques, hormonales ou sociologiques (du bla-bla basé sur du vent)

    Si cette histoire vous rend bizarre, ou crée en vous de la dissonance cognitive, c'est tout à fait normal... :-)))) MDR

    Bon maintenant, comme toujours, il faut expliquer le plus drôle:

    Il y a le sexe "physique": XX ou XY, (ou assignation de genre: paf, t'est prisonnier d'un corps pas de chance :-) ), le genre, et l'orientation sexuelle

    Un garçon XY  peut se sentir fille, et se dire homosexuel: donc il couchera avec une fille...

    Au total, il y a 8 combinaisons

    micmac

     

  • CENTENAIRE DE LA SANCTIFICATION DE JEANNE D'ARC

    1920 - 2020

    Le martyre de la sainte patronne de la France

    ECOUTEZ!

     

  • Ruth Elkrief cambriolée

    photo de Sarah Halimi

    si la racaille s’en prend aux grands journaleux… (journalopes)

    Affreux, affreux!

    J’en suis encore toute retournée… une journaliste (elle a sa carte de presse alors c’est bien la preuve!) de haut niveau, connue pour sa grande probité morale, vedette de la chaîne BFM TV, que le monde entier… que dis-je, que l’univers entier nous envie… vient de subir une intrusion nocturne dans son modeste domicile du 16e arrondissement parisien, la nuit du 31 décembre.

    Vous n’en reviendrez pas, c’est de la superstar Ruth Elkrief dont il s’agit, laquelle n’était heureusement pas présente sur les lieux lors des faits… l’angoisse nous saisit en pensant à ce qui aurait pu arriver si cette estimable personne s’était trouvée, seule, à son domicile à ce moment-là.

    Imaginez un instant que le cambrioleur, ayant fumé un petit joint de cannabis pour se donner du courage avant d’œuvrer… pris d’une envie subite et incoercible, en vienne, après avoir molesté la pauvre femme, à la violer et la torturer atrocement… puis pris de folie, à la jeter par la fenêtre…

    Déjà ça fait froid dans le dos, mais c’est encore pire en considérant qu’à cause du pétard fumé précédemment, le cambrioleur-meurtrier serait forcément considéré, par des experts bidon, totalement innocent puisque incapable de réaliser la gravité de ses actes au moment des faits… et donc ne serait jamais jugé.

    Parce que c’est exactement ce qui s’est produit pour la pauvre Sarah Halimi, coupable uniquement d’être juive, aux yeux de son meurtrier… lequel ne sera pas jugé en raison de l’utilisation de cannabis au moment des faits… ce qui suffit à l’innocenter aux yeux d’experts dont nous sommes en droit de nous demander s’ils ont, eux, toutes leurs facultés au moment des conclusions qu’ils rendent, et de toutes les conséquences qui en découlent… dont la plus scandaleuse est le total mépris du ressenti des familles de victimes qui ne pourront jamais totalement faire leur deuil!

    https://ripostelaique.com

    https://ripostelaique.com

    Vous aurez compris que ma compassion envers Ruth n’est que feinte, puisqu’au contraire la "petite mésaventure" de la grande prêtresse du Paf se solde uniquement par la disparition de biens matériels (bijoux, vêtements, équipement informatique…) pour une somme d’environ 10 000 euros, ce qui au regard du salaire sûrement démentiel de la Elkrief est -certainement- une peccadille.

    Bien évidemment, il n’est jamais agréable à qui que ce soit de savoir que son intimité a été violée (sur place, les forces de police ont pu constater des traces de pied-de-biche sur la porte, prouvant ainsi que l’entrée de l’appartement de la journaliste a été violemment forcée).… mais justement, dans le cas présent, il n’est question que de l’appartement, ce qui malheureusement n’est pas le cas de tous ceux qui sont journellement agressés dans leur chair, par des racailles de plus en plus nombreuses et violentes, prenant l’indifférence et le silence assourdissant des médias à la solde du pouvoir… pour une permission de continuer leurs sales besognes!

    Et c’est là où justement l’événement prend tout son sens, démontrant parfaitement que l’infecte journaleuse, incapable de commenter l’actualité sans se boucher le nez dès qu’il est question de "populisme", de nationalisme, d’amour de la France, de respect de ses lois et institutions… pour ne pas dire du principal parti patriote jugé " nauséabond "… est pour une fois, et à son corps défendant, au cœur d’un problème habituellement jugé anodin par elle et ses pairs, au point de n’en pas parler du tout.

    Que la papesse de la bien-pensance, chef de file des donneurs de leçons aux téléspectateurs ne pensant pas correctement, se voit traitée comme n’importe quelle citoyenne, ne peut que réjouir celles et ceux qu’elle traite habituellement comme des demeurés, donc quantités négligeables; croyant confusément que les prétendues racailles, ainsi baptisées par d’ignobles citoyens racistes et fascistes, n’oseraient jamais s’attaquer à des personnalités respectables!

    Elle a donc tout faux, la Ruth, elle qui vraisemblablement a voté pour Anne Hidalgo à la tête de ce Paris qui, à cause d’elle, se transforme en cloaque, pour l’instant ailleurs que dans les quartiers encore huppés (mais ça viendra Ruth, ça viendra… un peu de patience, justement la roue semble commencer à tourner dans les deux sens, et non toujours en sens unique!).

    Que désormais elle se sente menacée, épiée, suivie dans ses déplacements (en taxi ou voiture perso) lui donnera peut-être un aperçu de ce que vivent nombre de femmes françaises (et européennes) et ne sera que justice au vu du mépris que jusqu’à présent elle a professé, du moins dans ses paroles et attitudes à l’antenne pour les victimes… comme s’il y avait des individus pour qui les agressions seraient moins graves!

    "Parce que chez ces gens-là, Monsieur", (comme l’a si bien chanté Brel), on s’affiche "humanistes"… mais pas n’importe comment, pas avec n’importe qui!

    Ainsi de pauvres ch’ti gars africains, obligés de quitter leurs beaux pays, dans la fleur de l’âge, pour venir se réfugier chez les descendants des affreux colonialistes (qui ont paraît-il pillé leurs pays) et mis en esclavage, disent certains!!! ne peuvent qu’engendrer la pitié et l’accueil à bras ouverts… mais par "ceux qui ne sont rien".

    Tandis que ces affreux franchouillards prétextent attaques, crimes, agressions de toutes sortes de prétendus étrangers, se plaignent à longueur de temps de "blessures au cou", de coups de poignard au ventre, de viols ou autres simagrées, dans l’unique but de ne pas se pousser pour laisser la place à plus malheureux qu’eux!

    La grande Elkrief, descendue de son perchoir "à l’insu de son plein gré", vient enfin de faire la connaissance avec la vraie vie, le vrai visage des envahisseurs sans scrupules, prétendus par elle et ses complices des "chances pour la France" dès lors qu’ils se tiennent loin d’eux…

    Or précisément, leur nombre (jamais assez pour Macron et ses donneurs d’ordres) augmentant au fil des arrivages de cargos ONG, commence à déborder des quartiers où jusqu’à présent les riverains n’avaient que leurs yeux pour pleurer… puisque Ruth et ses amis s’en foutaient!

    J’entends d’ici les cris d’orfraie des bobos parisiens encore épargnés (pour l’instant) m’accusant de stigmatiser immédiatement les "estrangers" alors que le cambrioleur est peut-être un "Jean-François" ou  un "Marcel"…

    Soit!  Mais cela n’enlève absolument rien à la réalité habituelle, celle que vivent des milliers de Parisiens et Franciliens, sans parler des touristes, dont le simple transport en commun, ou encore une balade dans les rues de Paris expose, après les ordures et les rats, à une mauvaise rencontre avec un irascible à la "machette" facile!

    Qu’elle perde un peu de sa superbe, et gagne si possible un peu d’humanité, la Ruth, ne sera pas pour nous déplaire…

    En attendant, qu’elle ne compte pas sur moi pour pleurer sur son sort… je garde précieusement mes larmes pour toutes les vraies victimes d’atrocités commises par ceux dont Elkrief et sa clique ont les yeux de Chimène… les gardant scrupuleusement fermés quand il s’agit d’un citoyen lambda sans importance.

    Et pour ceux qui partagent mon opinion sur cette "grande dame" je vous invite à regarder la vidéo que Pierre Cassen a réalisée sur le sujet… sortez les mouchoirs.

    https://www.youtube.com/watch?v=sF_K0wvjB_0

    Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

    https://fr.sputniknews.com/france/202001031042699361-une-journaliste-vedette-de-bfm-tv-victime-dun-vol-a-domicile-la-nuit-du-reveillon/

     

    https://www.francetvinfo.fr/elections/presidentielle/presidentielle-polemique-apres-une-poignee-de-mains-entre-emmanuel-macron-et-ruth-elkrief_2164916.html

     

  • Noël, Noël, la fête magnifique!

    Quelle est la signification du mot Noël?

    Il existe plusieurs hypothèses sur l’origine du mot Noël, mais notre guide conférencière, Marie-Thérèse Garcin, a une préférence pour l’une d’entre elles. Le mot Noël, apparu au 12 e siècle, vient du latin "natalis" qui signifie relatif à la naissance. Noël est donc la fête qui commémore la naissance de Jésus né, selon le Nouveau Testament, à Bethléem.

    Depuis, Noël a dépassé sa signification religieuse. C’est devenu une fête civile, sociétale, correspondant à un moment de partage. Elle est fêtée par de nombreuses familles, même celles qui n’ont aucune tradition chrétienne.

    Pourquoi a-t-on choisi de fêter la naissance de Jésus le 25 décembre?

    Depuis la nuit des temps, les hommes ont célébré les solstices (hiver et été), c’était pour eux l’occasion de réjouissances. Pour le solstice d’hiver, on offrait du miel, des gâteaux, de l’or. Les maisons étaient décorées de gui, de houx.

    Ces fêtes païennes, antérieures à la tradition chrétienne, permettaient de faire face à la nuit la plus courte de l’année, annonciatrice des jours qui allaient rallonger, avant que la végétation reparte pour un nouveau cycle.

    C’est au IVe siècle que l’Eglise chrétienne a décidé de fêter la naissance de Jésus le 25 décembre, date du solstice d’hiver dans le calendrier julien. Son objectif était de détrôner la fête païenne. Aujourd’hui, après l’introduction du calendrier grégorien, au XVIe siècle, la date a été décalée au 21 décembre.

    Quelle signification a la bûche à Noël?

    Une autre tradition liée au solstice d’hiver est celle de la bûche de Noël. Là aussi, cela remonte à la nuit des temps. Pour faire face à la nuit la plus longue de l’année, rien de tel qu’une bûche pour entretenir le feu et mettre de la lumière dans la maison.

    Dans la tradition chrétienne, on faisait brûler dans l’âtre une très grosse bûche lors de la veillée de Noël. Elle provenait d’un arbre fruitier, censé garantir une bonne récolte pour l’année suivante.

    Dans certaines régions, comme en Bourgogne, la bûche était arrosée de vin afin d’assurer une bonne vendange à venir. Dans d’autres, on utilisait du sel pour se protéger des sorcières. Cette bûche devait se consumer très lentement et la tradition voulait que l’on conserve les tisons pour préserver les maisons de la foudre.

    Aujourd’hui, cette bûche a pris la forme d’un dessert indissociable des fêtes de Noël.

    Pourquoi le sapin est-il associé à la tradition de Noël?

    Le sapin de Noël puise son origine dans la tradition celte. En effet, pour les Celtes le 24 décembre était le jour de la renaissance du soleil. Pour eux, chaque mois (lunaire) était associé à un arbre et décembre l’était à l’épicéa, un arbre qui reste vert même en hiver.

    Cette tradition païenne qui s’était perdue a resurgi dans l’est de la France, notamment en Alsace, au 16e siècle et a été assimilée à la fête chrétienne. Mais c’est surtout la reine Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, qui a lancé le rite du sapin à Noël en en installant un à Versailles en 1738.

    Le Père Noël a-t-il toujours été associé à la fête de Noël?

    Le Père Noël doit beaucoup à saint Nicolas célébré dans l’est de la France et dans les pays du nord de l’Europe depuis le 12e siècle.

    Depuis, dans la nuit du 5 au 6 décembre, saint Nicolas, vêtu de son habit d’évêque, voyage à dos d’âne pour passer dans les maisons distribuer des friandises et des cadeaux aux enfants sages.

    C’est un pasteur américain, un certain Moore, qui a donné naissance au Père Noël, dans un conte qu’il a écrit pour ses enfants en 1821. Il le décrit comme un homme dodu, sympathique et jovial habillé de vert qui se déplace dans un traîneau tiré par huit rennes. C’est le caricaturiste Thomas Nast, un autre Américain, qui revêt le Père Noël d’un habit rouge garni de fourrure blanche et le domicilie au pôle Nord.

    En Bourgogne, l’ancêtre du Père Noël était, il n’y a pas si longtemps, encore, le Père Janvier. Il était représenté sous la forme d’un vieillard, habillé d’une robe de bure marron, qui venait distribuer les cadeaux qu’il portait dans sa hotte dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Lui aussi passait par la cheminée. Cette tradition a perduré jusque dans les années 1930.

    Gastronomie et fêtes de Noël ont-elles toujours été liées?

    Manger des mets raffinés tel que le foie gras, les crustacés, les huîtres… est une tradition récente. Par contre, manger de la volaille, de la dinde ou une oie remonte à plus longtemps. En effet, les volailles (particulièrement les oies) étaient des symboles solaires garantissant protection à ceux qui en mangeaient. Les volailles de Bresse se retrouvent sur de nombreuses tables à Noël.

    Pourquoi utilise t-on le vert, le rouge, le blanc et le doré pour les décorations de Noël?

    Aujourd’hui, les décorations de Noël, comme le reste, ont tendance à suivre les courants de la mode. Malgré cela, le vert, le rouge, le blanc et le doré restent les couleurs traditionnelles qui ont une valeur symbolique :

    – le rouge car c’est la fête, la chaleur.

    – le vert car il rappelle le sapin et le houx: la légende veut que lorsque la Sainte Famille fut contrainte de quitter l’Egypte, elle se dissimula derrière des branches de houx. En guise de reconnaissance, Marie l’aurait béni en annonçant que le houx serait éternellement symbole d’immortalité.

    – le blanc symbolise la neige, la pureté, la naissance de Jésus.

    – le doré représente la couleur de l’étoile, symbole de lumière et d’espérance. […]

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/sapin-buche-pere-noel-quelles-sont-origines-toutes-ces-traditions-noel-1760363.html

  • CE QUE PERSONNE NE DIT:

    Tous les salariés français payent deux fois pour les saint-diktats

    … même s'ils n'ont pas la carte et abhorrent les saint-diktats… QUI NE SERVENT A RIEN DE RIEN

    le pire, ceux qui sont encartés payent une troisième fois!

    Voici comment:

    Avant 2014, les saint-diktats se goinfraient n'importe comment, faisant feu de tout bois: soit-disant vente du muguet, faux-adhérents ou obligation de payer des pubs de complaisance dans les journaux d'entreprises et autres chantages divers aux patrons (tu payes -en espèces de préférence- où on te fout la grève perpétuelle dans ta boîte… Cf le scandale du Médef il y a quelques années)… Mais, bien sûr, la grève, ils la faisaient!

    Puis une loi de  mars 2014 a institué le Fond pour le Financement du Dialogue Social (sic, il fallait l'inventer!!!): taxe de 0,016% sur la masse salariale de l'entreprise (donc, votre salaire et, ne vous étonnez pas s'il n'augmente pas beaucoup, car plus on augmente la masse salariale plus l'entreprise paye cette taxe (environ 94,3 millions d'euros net en 2018) et, vous comprendrez que les patrons ne sont pas très chauds pour être encore plus ponctionnés).

    Ce fond est augmenté d'une taxe supplémentaire sur l'entreprise qui doit impérativement l'abonder sur ses fonds propres.

    Ce fond est, de plus, engraissé d'une somme importante de 32,6 millions -versée par l'état-  donc par LES IMPOTS DE TOUS LES FRANÇAIS et toutes les autres taxes diverses et avariées: sur les cabanons du jardin, de la TVA, sur les piscines, sur le carburant etc…

    (comme disait l'autre: tu sème un fonctionnaire de Bercy dans le jardin et il pousse des taxes, je dirai même plus: des tas de taxes nouvelles et anciennes).

    (Quand vous êtes pris pour des (con…) moutons sur le quai de la gare, ils doivent bien se marrer les camarades syndiqués!!!).

    Et ENFIN, les idiots inutiles qui veulent se donner de l'importance et qui adhèrent et donc, payent leur carte aux saint-diktats (et là je ne parle pas des malfaisants qui veulent uniquement l'argent du beurre et se présentent aux élections syndicales, pas pour vous défendre croyez-moi!*)….

    SAVOIR: ce fonds a versé:

    19,5 millions à la CFDT

    18,9 millions à la CGT

    13,1 million à la CFE-CGC

    12,8 millions à la CFTC

    et des clopinettes pour les organisations syndicales patronales qui -bien évidemment- sont elles aussi des syndicats… et c'est normal que les patrons se fédèrent pour contrer de leur mieux ces rapaces des saint-diktats.

    *Savoir aussi que vos représentant syndicaux sont payés par les patrons ce qui représente l'équivalent de 1903 postes à plein temps de faignants et faignantes qui se la coulent douce en vous faisant croire qu'ils et elles se préoccupent de vos problèmes!

    Voilà, j'ai tout expliqué d'après un article de Valeurs Actuelles du 5 décembre.

     

    J'ai dis Valeurs Actuelles et pas Valeurzactuelles.

    On lit ce qui est écrit et on articule les deux mots à part: c'est ce qui fera la différence lorsque vous serez devant un employeur et que 500 candidats se disputent un emploi!

     

  • Les dents, c'est tentant!

    ... oui, bon, c'est nul comme titre, mais c'était.. tentant!

     

    Un vieux couple entre lentement chez McDonalds, par une froide soirée d’hiver. Plusieurs clients les regardent avec admiration :

    – Regardez ce vieux couple, toujours amoureux malgré les années…

    Le vieux monsieur se rend directement à la caisse, commande et paie pour le repas. Le couple prend une table à l’arrière et pose le plateau contenant, un hamburger, un paquet de frites et un Pepsi. Le monsieur déballe le hamburger et le coupe en deux, il en place une moitié devant son épouse. Ensuite, il compte soigneusement les frites et en fait deux piles égales et en place une devant sa femme. Il prend une gorgée de Pepsi, sa femme en fait autant. Il place le Pepsi entre eux. L’homme commence à manger sa partie d’hamburger. Autour d’eux on murmure :

    – Pauvre vieux couple, il ne peut acheter qu’un seul repas pour deux.

    Un jeune homme se lève et s’approche de leur table. Il leur offre poliment de leur acheter un autre repas. Le monsieur lui dit que tout va bien et qu’ils sont habitués à tout partager. La vieille dame n’a encore rien mangé…

    Elle reste assise en regardant son mari manger tout en sirotant de temps à autre une gorgée de Pepsi. Encore une fois le jeune homme les supplie de le laisser leur acheter un autre repas. Cette fois, c’est la vieille dame qui lui explique que ce n’est pas nécessaire, qu’ils sont habitués à tout partager. Comme le vieux monsieur termine de manger et s’essuie le visage proprement, le jeune homme s’approche de leur table pour leur offrir encore une fois de la nourriture. Après qu’ils aient poliment refusé, il demande à la vieille dame :

    – Madame pourquoi ne mangez-vous pas. Vous dites que vous partagez tout. Qu’attendez-vous ?

    Elle répond :

    – J’attends les dents…