Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un peu tout - Page 5

  • La paréidolie? vous avez dit étrange?

     

  • Superpapy

    Londres: à 88 ans, il se bat contre 5 hommes armés pour défendre une inconnue

    L'homme, un vétéran de la guerre de Corée, n'a pas hésité à mettre K.O. l'un des agresseurs.

    C'est une histoire comme on en voit seulement dans les films. Mais les Anglais sont plein de ressources pour nous épater. John Nixon, un vétéran de la guerre de Corée de 88 ans, s'est dressé face à 5 hommes armés de couteaux qui agressaient une femme dans une rue de Londres. Les malfrats menaçaient l'inconnue d'un couteau pour lui voler son sac. Le grand-père n'a pas hésité à s'en mêler. "Je voulais détourner leur attention de la femme qui hurlait, donc j'ai crié "Laissez-la tranquille !" a-t-il confié aux journalistes du Evening Standard.  "Ils se sont retournés contre moi, ils ne s'attendaient pas à une surprise“.

    John Nixon a joint les services spéciaux avant de prendre les armes pendant la guerre de Corée dans les années 50. Il affirme avoir été envoyé en mission en Egypte, en Allemagne et au Moyen-Orient, avant de servir de garde du corps pour les membres de Médecins Sans Frontières au Nigéria.

    Le vétéran s'est servi de ses entrainements pour mettre K.O. l'un des agresseurs, le frappant derrière la nuque, "il était à demi-conscient". "Un autre a sorti un couteau, donc il a fallu que je m'en charge", clame-t-il, affirmant que "la peur ne fait pas partie de mon vocabulaire". Blessé par l'arme, "des égratignures" selon lui, John Nixon a fait fuir le reste de la bande, puis a été amené à l'hôpital par les passants qui ont assisté à la scène. La femme, elle, avait déjà pris la fuite pour se mettre à l'abri.

    La police londonienne, qui n'a pas pu arrêté les agresseurs, a salué "l'incroyable bravoure" de cet homme. Un super papi pour protéger les jeunes femmes en détresse, voilà qui défraye la chronique, et qui fait plaisir à voir.

     

     

  • Ha, ha, ha: ma malédiction a frappé!

    Lorsque j'ai appris que T. Ramadan avait "violé" une femme handicapée, ma colère n'a fait qu'un tour: je lui ai souhaité d'avoir le même problème de santé... mais, comme je ne savais pas le problème de la dame, je lui ai "envoyé" ma sclérose en plaques!

    BINGO!

    Ben, oui, quoi!

    Ce n'est pas chrétien....

    Le truc, c'est que je ne crois ni en dieu, ni en diable...

    donc, je n'ai pas à être charitable....

    ... et de toutes les façons, pourquoi moi j'ai cette malchance alors que je n'ai jamais violé ni agressé personne....

    HEIN?

    Comme disait le ressuscité: que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre....

    MDR

  • Déjanté? non, totalement stupide, le mec...

     

    Ha-ha-ha!!! QI de betterave!

    Le secrétaire général du CRAN (Carrefour de réflexion et d’action contre le racisme anti-noir) vient d’être condamné à une légère peine avec sursis pour menaces, relate "Le Courrier". Il s’agit en quelque sorte de l’arroseur arrosé: c’est en effet l’organisation anti-raciste qui avait saisi le Ministère public. Elle se plaignait d’un hérisson en chocolat représenté avec un gros nez et des lèvres charnues, évoquant l’imagerie de Tintin au Congo et les représentations coloniales des Africains.

    Le Parquet a classé cette plainte. Il a jugé que la pâtisserie ne remplissait pas les critères de la discrimination raciale, et qu’elle était vendue et achetée régulièrement depuis 40 ans "sans que personne ne se soit jamais senti offensé à part quelques membres du CRAN".

    Le secrétaire général de l’organisation a en revanche été condamné (il a fait recours) pour avoir écrit un mail peu amical au pâtissier. Il le menaçait d’un appel au boycott, d’un sit-in devant son enseigne et d’une demande d’exclusion auprès de sa confrérie.

    Martine Brunschwig Graf, présidente de la commission fédérale contre le racisme, a estimé dans "Le Courrier" qu’une affaire telle que celle de ce hérisson n’a pas vocation à se retrouver devant les tribunaux, mais devrait se régler à l’amiable. "Il s’agit manifestement d’une maladresse. Et faire de toute maladresse une affaire de racisme n’est pas bon pour la lutte contre les discriminations."

    Crétins compulsifs arrosés!!!

  • Paréidolie: ce n'est pas ce que vous croyez!

    aarelidodie24.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    a1.jpg