Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un peu tout - Page 5

  • Un muzz plante un clou dans la tête d’une femme pour qu’elle ait un garçon

    Après l‘épée, le marteau, la voiture-bélier et les prothèses mammaires explosives qui ne vous débarrassent des kouffars en deux coups de cuiller à pot…

    En février dernier, les services secrets britanniques mettaient en garde contre cet autre moyen, indétectable de commettre des attentats dans des avions. Des médecins formés en Grande-Bretagne auraient pris la direction du Yémen ou du Pakistan afin d’implanter à des femmes volontaires des prothèses remplies de penthrite, un puissant explosif.

    …le grand prix de l’originalité est octroyé au simple clou en fer!

    Une femme enceinte s’est récemment présentée dans un hôpital pakistanais avec un clou planté dans la tête par un guérisseur, qui lui avait garanti qu’elle donnerait ainsi naissance à un garçon (source médicale – ce que cela peut bien vouloir dire…).

    La femme avait tenté d’ôter elle-même le clou, a indiqué le docteur, qui l’a soignée. "Elle souffrait énormément", a-t-il expliqué. Une radio a montré que le clou avait été enfoncé de cinq centimètres dans le crâne, sans atteindre le cerveau.

    Un garçon, "heureux présage"

    La Pakistanaise a précisé être mère de trois filles et en attendre une autre. En Asie du Sud, avoir un garçon est souvent considéré comme un heureux présage, car il est censé être plus à même d’assurer l’avenir financier de ses parents qu’une fille.

    La police pakistanaise cherche maintenant à interroger la femme. "Nous mettrons bientôt la main sur le criminel", a promis le chef de la police.

    Jetons un coup d’œil au grand livre saint:

    " Mais les hommes ont le pas sur elles " [sourate II,228]. " Les hommes dirigent les femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci " [sourate IV,34] (Le Coran, Points Seuil).

    “ Les hommes ont " autorité " [qawwâmûna] sur les femmes, en raison des faveurs que Dieu accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes " à leur mari " [qânitât], et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leur époux, avec la protection de Dieu. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance [nushûz], exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et " frappez-les " [wa-dribûhunna]. ” S4.V34.

    Oui, mais le manuel en question ne parlait certainement pas de marteau

    Si le nouveau-né est un garçon, on sacrifie deux moutons ; un seul pour une fille. Ceci est l’opinion de la plupart des ulémas et des compagnons. Le Prophète a dit: " Pour le garçon, deux moutons identiques ; pour la fille, un seul. " [Ibn Majah]

    Je terminerai en vous rappelant un de ses théorèmes:

    C’est pourquoi le Prophète dit: "Dieu est beau, il aime la beauté" (Muslim, imân, 131).

     

    Anne Schubert

  • Et avec les oreilles, tu sais rien faire????

    Est-ce raciste d’attendre des enfants noirs qu’ils fassent des mathématiques correctement?

     

    Nous vous proposons ci-dessous la traduction d’un article américain, qui traite de la folie Woke et de l’obsession raciale dans un pays qui n’a jamais été autant divisé, Biden ayant fracturé le pays comme jamais.

    Il y a un document qui circule intitulé Dismantling Racism in Mathematics Instruction, un guide élaboré par un groupe d’éducateurs. Il y a un garçon noir sur la couverture.

    L’idée est de nous montrer comment notre prise de conscience raciale récente devrait changer la façon dont nous exposons les enfants noirs aux mathématiques. Je suppose que le conseil est également destiné aux enfants d’autres types de mélanine, mais il s’agit essentiellement d’un document qui pourrait s’appeler " Maths pour les enfants noirs ".

    Aux dernières nouvelles, les décideurs politiques de l’Oregon sont particulièrement intrigués par ce document. Tout porte à croire que son influence va s’étendre plus largement.

    Et il faut s’y opposer, car ce joli pamphlet nous apprend qu’il est raciste d’attendre des enfants noirs qu’ils maîtrisent la précision des mathématiques. En fait, son message, rédigé par des personnes qui se considèrent comme les âmes les plus moralement avancées de l’histoire de l’espèce humaine, est un message qui aurait sans doute fait avaler à Strom Thurmond une gorgée de whisky.

    Bien sûr, les auteurs affirment que " le cadre de déconstruction du racisme en mathématiques offre les caractéristiques essentielles des éducateurs en mathématiques antiracistes et des approches critiques pour démanteler la suprématie blanche dans les classes de mathématiques en visualisant les caractéristiques toxiques de la culture de la suprématie blanche. " Mais traduit, cela signifie que les mathématiques telles que nous les avons toujours connues sont du racisme. C’est une affirmation intéressante, et si elle est correcte, elle est d’une urgence bouleversante. Mais est-ce exact? Voyons comment elle tient la route.

    Maintenant, une partie de " l’enseignement antiraciste des mathématiques " consiste à parler des mathématiciens noirs (les auteurs disent que les enfants " récupèrent leur ascendance mathématique " – le jargon est, il faut l’admettre, magnifique) ou à diffuser des faits tels que l’approche traditionnelle des Yoruba en matière de nombres (et wow, les nombres en Yoruba, je le remarque en tant que linguiste, sont en effet féroces ! Personne ne s’opposerait à ces choses, ni à l’idée que nous "enseignions aux étudiants de couleur les possibilités de carrière et de financement dans les domaines des mathématiques et des STIM ".

    Mais 96% des personnes qui lisent ce genre de choses vont se dire " Oui, mais qu’en est-il des maths?".

    Et il n’y a rien de suprémaciste blanc dans cette question. La substance d’une proposition sérieuse sur l’enseignement des mathématiques sera, eh bien, l’enseignement de la manière de faire les mathématiques elles-mêmes, et non leur histoire et leur sociologie.

    Par exemple, une idée de ce fascicule est que les étudiants noirs apprennent comment les mathématiques ont fait du mal aux gens (c’est-à-dire aux Noirs). Mais il n’est pas évident que les petits enfants doivent apprendre cela. Cela ne risque-t-il pas d’affecter l’attitude de l’enfant vis-à-vis de la maîtrise des compétences? Ou alors, il incombe aux auteurs d’expliquer pourquoi ce n’est pas le cas. Bien sûr, les enseignants qui donneraient cette leçon montreraient qu’ils savent que le racisme existe et qu’ils vont donc se mettre à dos le racisme comme on leur dit de le faire. Mais quel pourrait être l’impact de cette leçon sur des enfants qui n’ont même pas atteint la puberté?

    Plus important encore, l’ensemble de ce document est axé sur l’idée qu’il est immoral d’obliger les enfants noirs à être précis.

    Oui, le document affirme un moment donné qu’il cherche à " enseigner des mathématiques riches, réfléchies et complexes" . Et assez souvent, le mot praxis est utilisé. Mais l’idée maîtresse de cette brochure est la suivante:

    1. l’accent mis sur l’obtention de la "bonne" réponse relève du "perfectionnisme" ou de la "pensée de l’un ou de l’autre";

     

    1. L’idée que les enseignants sont des enseignants à part entière et que les étudiants sont des apprenants est fausse;
    2. considérer comme un problème le fait que les attentes que vous avez envers les élèves ne soient pas satisfaites est raciste;
    3. il est raciste d’enseigner les mathématiques de manière linéaire, les compétences étant enseignées dans l’ordre;
    4. valoriser la "fluidité procédurale" – c’est-à-dire savoir comment faire les fractions, la division longue… – par rapport aux " connaissances conceptuelles " est raciste. En d’autres termes, les enfants noirs sont brillants pour savoir ce que les mathématiques essaient de faire, pour savoir "de quoi il s’agit", plutôt que de faire réellement les mathématiques, tout comme beaucoup d’entre nous lisent sur ce que la physique ou l’astrophysique accomplit sans jamais avoir l’intention de maîtriser les mathématiques qui ont conduit à ces conclusions;
    5. demander aux élèves de " montrer leur travail " est raciste;
    6. exiger des élèves qu’ils lèvent la main avant de prendre la parole "peut renforcer le paternalisme et la domination, en plus de briser le processus de réflexion, d’apprentissage et de communication".

    Vous vous demandez peut-être si c’est un sketch, mais non, c’est réel ! C’est en fait ce que ce document nous dit, encore et encore. Voilà, mesdames et messieurs, la "théorie de la race critique" à laquelle nous sommes si nombreux à résister, et non un simple programme de "justice sociale". Se méfier de ce document, ce n’est pas être contre la justice sociale, mais contre le racisme.

    Les objections à mon point de vue seront prévisibles. Il y a un type de résistance que Zora Neale Hurston a noté chez les Noirs qui se méfient de la curiosité des Blancs et qu’elle a appelé " résistance au lit de plumes ", où l’on sonde pour entrer mais " ne sort jamais ". Alors que Zora n’aurait eu aucun problème avec cette vision des mathématiques antiracistes, nous retrouvons le type de résistance dont elle parlait chez les Élus de nos jours, lorsque leurs revendications sont soumises à la lumière du jour.

    Ainsi, par exemple: Je ne sélectionne pas des citations qui semblent particulièrement mûres dans un document parfaitement normal. Je me réfère à ses principaux principes, souvent réaffirmés plusieurs fois dans le document.

    Une autre réponse sera que j’exagère l’impact de la proposition – que presque personne ne l’utilise réellement et qu’il s’agit en fait d’une "simple proposition". La réponse appropriée est "Dieu merci", mais nous devons aussi nous rappeler que les personnes qui disent cela danseraient la gigue si tous les États de l’Union adoptaient l’ensemble de la brochure en bloc.

    L’essentiel, c’est que ceux qui voient dans ce document un discours raciste doivent y résister s’il apparaît dans leur district scolaire. Sachez qu’il se peut qu’il ne soit pas immédiatement diffusé que ce document spécifique soit examiné par les personnes chargées de l’éducation de vos enfants. Cependant, repérez les principes de base que j’ai énumérés ci-dessus, et demandez ensuite si les membres du conseil scolaire ont partagé ce document.

    Beaucoup d’entre eux n’en apprécieront pas la saveur générale mais, au milieu de tant de choses auxquelles nous devons tous prêter attention, ils pourraient se demander ce à quoi nous devons nous opposer spécifiquement dans Démanteler le racisme dans l’enseignement des mathématiques.

    Il y a deux choses. Le racisme et la religion. Juste ceux-là.

    Tout d’abord, c’est du racisme présenté comme de l’antiracisme. On ne devrait pas attendre des enfants noirs qu’ils maîtrisent la précision des mathématiques et on devrait les féliciter de les contourner, d’approximer leurs réponses et de dire pourquoi elles peuvent être dangereuses? Il s’agit d’un sectarisme tout droit sorti de la Reconstruction, de Tulsa, de Selma et de Charlottesville.

    Deuxièmement, il ne s’agit pas de science mais d’écriture. Il prétend enseigner les mathématiques tout en protégeant les étudiants de l’obligation de les faire réellement. Ce n’est pas empirique. Elle le fait avec l’implication que seul un transgresseur moral insensible à un point plus large pourrait remettre en question la contradiction. C’est, en tant que tel, un document religieux, qui vous dit d’accepter que Jésus a marché sur l’eau.

    Les humains peuvent sacrifier cruellement un enfant de 9 ans, une vierge ou une veuve sur le bûcher en l’honneur d’un Dieu. De même, les humains peuvent sacrifier l’enfant noir du travail de maîtrise du don des mathématiques, afin de montrer qu’ils sont suffisamment éclairés pour comprendre que sa vie peut être affectée par le racisme et qu’il faut donc la protéger de tout ce qui constitue un véritable défi.

    Ce n’est pas de la pédagogie, c’est de la prédication. Et dans ce pays, les propositions religieuses n’ont pas leur place sur la place publique.

     [cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

    Source: