Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blagues

  • La femme et trois enterrements....

    Je soupçonnais ma femme d'avoir une relation extra conjugale.

    Je suis donc rentré chez moi et, je l'ai trouvée complètement nue sur le lit.

    j ai fouillé l'appartement pour trouver le coupable.

    > En vain. et puis je me suis souvenu que nous disposions d'un petit balcon.

    > J'ai donc ouvert la fenêtre et c'est là que j'ai vu cet homme, suspendu dans le vide et s'agrippant à la rambarde du balcon.

    > Je lui ai piétiné les mains pour qu'il tombe mais il tenait bon.

    > Alors je suis parti chercher un marteau.

    > À grands coups sur chaque main, il a fini par lâcher prise. Mais un arbre a amorti sa chute.

    > Voyant qu'il bougeait encore, j'ai attrapé le réfrigérateur de la cuisine et je l'ai fait basculer sur cet individu.

    > L'effort a été si violent que j'ai succombé à une crise cardiaque.

    > Et donc me voilà...

    > - Ah bon... répond Saint Pierre, passionné. C'est bon, vous êtes admis au Paradis.

    > Un second homme se présente peu après et commence à raconter l'histoire de sa mort à Saint-Pierre.

    > - Voyez-vous, j'étais en train de repeindre mon balcon au 17ème étage d'une tour. mon tabouret a vacillé et j'ai basculé dans le vide. Mais je me suis rattrapé à un balcon deux étages plus bas.

    > Je pensais être sauvé quand le propriétaire de ce balcon a commencé à me piétiner les mains, puis à me casser les doigts à coups de marteau. j'ai lâché prise, comme je ne suis pas mort tout de suite, il m'a balancé son frigo sur la tête pour m'achever.. Dingue...!

    > - Oui j'ai entendu parler de cette histoire, vous pouvez entrer au Paradis...

    > Un troisième homme arrive et entame lui aussi son récit à St Pierre :

    > - Moi, j'ai rien compris, franchement, je ne sais pas comment tout ça est arrivé.

    > - J'étais caché à poil dans un frigo.

    > - Ça va, dit St Pierre, je connais la suite...

     

  • Aujourd'hui, Saints Innocents…

    Vous trouverez bien quelqu'un à qui faire l(s)a fête?

  • Blague belge

    Au poste frontière belge il y a deux lumières en uniforme qui discutent pour passer le temps en attendant quelqu’un à contrôler éventuellement…

    Un véhicule s’approche et un des deux douaniers fait deux pas vers le poste de contrôle, et aperçoit un noir au volant d’une voiture immatriculée en Belgique.

    Il lui fait signe de s’arrêter et lui demande ses papiers. En examinant les papiers du noir, il prend un petit air satisfait et dit:

    - " hé bien d’où viennent ces papiers? "

    - " de la préfecture " lui répond le black un peu courroucé

    - " dites mon garçon, on ne me la fait pas à moi ! sur vos papiers il y est écrit  que vous êtes belge

    - " oui Monsieur, je suis Belge "

    - " arrêtez de vous foutre de moi, je vois bien que vous êtes noir "

     - " parfaitement Monsieur, je suis Belge et je suis noir " dit le gars de plus en plus en plus énervé

    - " c’est ça, oui mon garçon, et je dois vous croire?? "

    - " mais oui enfin puisque je vous le dis " presque en criant le type dit haut et clair !

    - " je suis noir, je suis Belge et je suis Wallon "

     Il y a tant de conviction dans les propos de ce brave type que, pris d’un doute, le douanier va voir son collègue et lui demande:

    - " tu y crois toi qu’il y a des Belges Wallons et noirs? "

    - " tu sais " dit l’autre douanier " il ne faut plus s’ étonner de rien, j’ai vu un reportage sur ARTE; il parait qu' il y a des Flamands roses….

    Alors des Wallons noirs…......!

     

  • Blague catho

    Un jour Marcel se trouva au seuil d’un désert qu’il devait impérativement traverser. Il décida donc de louer un âne à un vieil homme qui passait par là:

    – J’aimerais louer ton âne, vieil homme.

    – Je veux bien, dit le vieillard, mais je te préviens: il est spécial.

    – Qu’a-t-il donc de si spécial,

    – Il ne comprend que le langage biblique. Pour le faire avancer, il faut lui dire Alléluia et pour qu’il s’arrête, il faut lui dire Amen.

    Marcel sourit (un âne chrétien, on aura tout vu !) et acheta l’âne sans discuter. Le vieil homme dit Alléluia et l’âne partit au galop jusqu’à arriver en haut d’une falaise. Marcel, pris de panique, essaya de l’arrêter: – Arête !… Stop !… Non !…

    Mais l’âne courait de plus belle. Marcel tenta alors de se rappeler les paroles du vieil homme:

    – Marie-Joseph … Saint … Jésus … Bible … Notre Père …

    L’âne continuait de foncer.

    – Seigneur, je ne te connais pas bien, mais il n’est jamais trop tard pour m’adresser à Toi.

    Et Marcel commença à prier:

    – Notre Père qui est au ciel, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite. Au nom de Jésus, Amen !

    L’âne stoppa net, juste au bord de la falaise !

    De joie, Marcel s’écria: Alléluia !

    Et l’âne repartit.