Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liberté - Page 3

  • Dégueulasse!

    Vous avez un autre mot?

     

    Sans argent pour l’enterrer, le corps de son mari reste six jours chez elle

    Mercredi 14 mars, les pompes funèbres, sollicitées par la municipalité, sont intervenues au domicile d’un Valenciennois, Marc Lecompte, et de sa compagne Thérèse Fouache. L’homme gisait dans son lit ; il était décédé depuis six jours. Sa compagne ne comprend pas, ni le délai, ni la manière dont l’homme qui partageait sa vie a été enterré. Décryptage.

    La Voix du Nord a été contactée par une voisine et amie de la compagne, mardi 13 mars, "parce que ce n’est pas normal, ça commence à sentir dans les parties communes" de la résidence. En effet, le voisin du rez-de-chaussée est décédé vendredi 9 mars, dans son lit. Thérèse Fouache, qui n’est administrativement pas liée à lui, se rend à la mairie pour indiquer qu’elle n’a pas les moyens de payer l’enterrement. Sauf que pour la mairie, l’indigence doit être prouvée et une enquête doit être faite.

    Légalement, celle-ci peut durer maximum six jours. "Au niveau humain, ce n’est pas normal", commente un croque-mort qui préfère rester anonyme

    Le corps du défunt a finalement été mis dans une housse, puis inhumé dans une fosse pleine-terre, au cimetière Saint-Jean à Valenciennes. L’endroit est fourni gracieusement par la mairie pour cinq ans. Après, le terrain est récupéré et les ossements sont mis à l’ossuaire municipal. Un tel enterrement, pour lequel les villes passent des conventions, suite à des appels d’offres, avec des entreprises de pompes funèbres, coûte selon nos informations un peu plus de 1 000€. 

     

  • Retrouver son père par un souvenir d'enfance

    Habère-Lullin (74): Il récupère la montre volée à son père maquisard par les nazis

    Un habitant de Habère-Lullin (Haute-Savoie) a reçu la montre à gousset de son père par la poste. Elle avait été volée par les nazis en 1943. Une Allemande qui avait hérité de l’objet a mené l’enquête pour retrouver les descendants de son propriétaire.

    "Un geste extraordinaire". Jean-Michel Duret n’en revient toujours pas. Il y a quelques semaines, cet agriculteur à Habère-Lullin (Haute-Savoie) a reçu un colis inattendu en provenance d’Allemagne. A l’intérieur, la montre volée par les nazis à son père Jean, résistant durant la Seconde Guerre mondiale, rapporte Le Parisien.

    (…)

    "Dans la nuit du 25 au 26 décembre 1943, les SS ont fait une descente dans un bal qui se déroulait dans le château d’Habère-Lullin. Parmi les jeunes résistants présents, il y avait mon père alors âgé de 18 ans. Vingt-quatre hommes ont été fusillés. Mon père, lui, a été arrêté et les Allemands lui ont pris sa montre",  raconte Jean-Michel Duret au quotidien.

    Jean Duret a alors été envoyé en Service du travail obligatoire (STO), mais il est parvenu à s’échapper pour rejoindre un maquis. Il est mort en 2010.

    (…)

    L’expéditrice explique qu’elle a hérité de la montre à la mort de sa propre tante, sans rien connaître de son histoire. En nettoyant l’objet, elle a découvert deux inscriptions: "Jean Duret" et "Habère-Lullin". Elle a mené l’enquête, retrouvé l’adresse de Jean-Michel Duret et lui a expédié l’objet. "Cette montre a une grande valeur sentimentale pour moi", a confié le fils du résistant.

    www.ouest-france.fr

     

  •  INCROYABLE!

     

    Ma page Facebook n'est plus bloquée!

    ?????

    Ma dernière info ne lui a pas plu???? Toujours est-il que je l'ai supprimée, pour voir...

    Donc, retour de la possibilité de remettre des articles....

    ?????

    Cela prouve que “quelqu'un“ vient lire les infos que j'y dépose!

    MDR

     

  • SCANDALE! Facebook a bloqué ma page personnalité publique!

    Ils ont peur que je les envoûte????

    S'ils pensent que j'ai ce pouvoir, alors c'est fait: Face de bouc va faire faillite, croyez-moi!

    Cela prendra le temps qu'il faut... mais, cela arrivera!

    Non mais, sans rire....

    LA LIBERTÉ D'EXPRESSION A L’AMÉRICAINE N'A RIEN A VOIR AVEC LA NOTRE!

    Mais, quels crétins congénitaux ces ricains! et leur affidés Français... parce que ce sont les employés français qui ont bloqués mon compte...

    Heureusement, j'avais une autre page: JOYCE-VOYANCE

    Trouvez-là, abonnez-vous, dite J'aime!

    Vous allez lire les mêmes articles que sur le blog de mon site: www.josyanejoyce.com

    où je remet les pendules à l'heure concernant ces sciences dites occultes mais, bien sûr, qui ne le sont pas....

    Défendez, SVP, la seule voyante qui fait entrer les gens dans le 3e millénaire et qui remet l'intelligence à la mode!

     

     

  • Définition de la Tradition

     

    Gustav Mahler:

    "La tradition n’est pas la vénération des cendres mais la transmission du feu"

  • La petite télé des horreurs....

    Questions pour un champion: Julien Lepers réclame plus de 3 millions d'euros aux prud'hommes

    Le 8 mars, Julien Lepers, l'ex présentateur du jeu télévisé Questions pour un champion, était aux prud'hommes pour contester son licenciement brutal. Il était payé 40 000 euros par mois pour 6 jours de travail environ.

    Le 8 mars, Julien Lepers, l'ex présentateur du jeu télévisé Questions pour un champion, était aux prud'hommes pour contester son licenciement brutal. Il était payé 40 000 euros par mois pour 6 jours de travail environ.

    Après 28 ans, l'animateur est licencié "à la cow-boy". Il dit aux juges avoir été discriminé sur son âge, son sexe et sa couleur de peau et demande 3,4 millions.

    Les conflits qui animent les prud'hommes reflètent quotidiennement notre histoire sociale. L'audience en bureau de jugement est publique. Régulièrement, une journaliste de L'Express assiste aux débats.

    La présidente est entourée d'une conseillère et de deux conseillers. Face eux: l'avocat de Julien Lepers (Pierre-Olivier Lambert) et celui de FremantleMedia (Eric Manca), la maison de production qui vendait les émissions Questions pour un champion animées par Julien Lepers sur France 3. 

    La présidente: "Vos demandes?"

    L'avocat de Julien Lepers: "Au principal, nullité du licenciement pour motif discriminatoire: âge, sexe et couleur de peau de mon client. En subsidiaire, c'est un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Je demande 806 104,54 euros de solde de tout compte à titre contractuel de rupture, 1 396 756,20 euros pour licenciement nul ou sans cause réelle et sérieuse, 478 887,84 euros pour licenciement dans des conditions brutales et vexatoires, 239 443,92 euros pour exécution du contrat de travail de mauvaise foi de la part de l'employeur, 500 000 euros de préjudice d'image et 8 500 euros au titre de l'article 700". 

    La présidente: "En défense?"

    L'avocat de l'employeur: "5 000 euros d'article 700". 

    La présidente:"Nous vous écoutons".

    L'avocat de Julien Lepers: "Tout d'abord, je veux dire que Julien Lepers est un justiciable comme les autres. Il a été licencié pour des motifs discriminatoires et à tout le moins injustifiés. C'est un salarié de FremantleMedia France, la filiale principale de RTL Group, lui-même détenu à 90% par Bertelsmann, dont le chiffre d'affaires est de 16 milliards de dollars en 2016... Mais revenons à FremantleMedia. C'est l'un des plus grands créateurs de formats audiovisuels du monde et son salarié, Julien Lepers, a été le premier et l'unique animateur de Questions pour un champion pendant 28 ans. Ce sont 900 000 questions posées, des 7 d'or, un programme qui tournait 365 jours par an... C'est l'émission française qui a été la plus regardée dans le monde grâce à France Télévisions et les chaînes francophones. France TV achète à prix d'or des émissions à grand succès".

    L'avocat de l'employeur: "Le seul point sur lequel je suis d'accord avec vous est que monsieur Lepers est un justiciable comme les autres..".

    La présidente (s'impatiente): "Sur les demandes?"

    L'avocat de Julien Lepers: "Delphine Ernotte, la "tueuse d'Orange" comme elle a été surnommée, prend à l'été 2015 la présidence de France Télévisions. À son arrivée, elle déclare: "il y a trop d'hommes blancs de plus de 50 ans à la télévision française, il va falloir que cela change". Le premier de la liste des victimes de cette discrimination sera Julien Lepers, mais il y aura dans la foulée William Leymergie, Henri Sannier, Gérard Holtz, Georges Pernoud de Thalassa... Tous sont évincés. Pour Julien Lepers, cela se fera trois mois après la déclaration de Delphine Ernotte qui dit aussi: "c'est la chaîne qui assume avoir pris la décision de licencier Julien Lepers". Très bien. Mais celui-ci est le salarié d'une maison de production indépendante, pas de France Télévisions. Pourtant, FremanleMedia va appliquer la décision de France Télévisions, à la hussarde, à la cow-boy. En effet, après une grosse session d'enregistrements, il est licencié, sans qu'aucune discussion soit menée "

     

    L'avocat de l'employeur: "Le conseil doit juger s'il y a discrimination ou pas. Et vous vous fondez sur une déclaration faite à une seule reprise, le 23 septembre 2015. En droit, Julien Lepers est salarié de FremantleMedia, pas de France Télévisions. Son successeur est un blanc, ce n'est pas un transgenre, c'est un homme... Toute la documentation de mon contradicteur est une publicité que fait Julien Lepers en faisant le tour des médias et en disant: "elle m'a fait ceci, elle m'a fait cela! Si vous pensez qu'il y a co-emploi avec France Télévisions, allez-y. Si Ernotte a "gravement discriminé", c'est une infraction pénale".

    L'avocat de Julien Lepers: "J'ajoute qu'un contrat signé en 2004, 16 ans après ses débuts, prévoit qu'en cas de rupture, une indemnité lui est due. C'est une indemnité de rupture, contractuelle "distincte" qui se cumule avec l'indemnité de licenciement. Bien évidemment, c'est la volonté des parties, elle doit être appliquée".

    L'avocat de l'employeur: "Il n'a jamais signé le contrat et ce n'est pas "et" mais "ou" qui est indiqué".

    Un conseiller: "Nous regarderons de près!"

    La présidente: "Sur vos positions respectives, nous avons compris. Mais que lui reproche-t-on?"

    L'avocat de Julien Lepers: "Deux griefs que le conseil appréciera. Le premier: baisse d'audience. Le second: on lui dit en substance qu'il n'incarne plus le jeu. Je conteste les deux. Aucun chiffre ne me prouve la baisse d'audience. On me fournit juste un rapport avec des gens interrogés qui aiment, d'autres qui aiment moins. En réalité, la société de production a exécuté la décision du diffuseur en estimant que Julien Lepers était devenu "ringard". Trois mois après les déclarations de Delphine Ernotte. Or, aucun objectif ne lui est assigné dans son contrat de travail. Des bonus lui sont éventuellement payés".

    La présidente: "Il a reçu des bonus?"

    L'avocat de Julien Lepers: "Certains lui sont versés, d'autres non. Je suis transparent ! Mais il n'y a pas d'objectif d'audience dans le contrat. Son successeur Samuel Etienne fait des audiences moins importantes que lui, mais lui, on ne le licencie pas".

    L'avocat de l'employeur: "Il n'y a pas d'effondrement de l'audience de son successeur. Quant aux bonus, ils sont liés à une volumétrie. Il est payé 40 000 euros par mois pour 6 jours de travail environ. Depuis le 17 mai 2013, Julien Lepers n'a plus aucun bonus. L'émission a perdu 33% d'audience entre 2000 et 2003, 56% supplémentaire en chute entre 2005 et 2015".

    Un conseiller: "Et l'audience de la chaîne par rapport aux autres? "

    L'avocat de l'employeur: "Nous ne sommes pas sur un licenciement économique".

    Le même conseiller: "Vous avez très bien compris le sens de ma question".

    L'avocat de l'employeur: "En 2007, Question pour un champion est 1ère sur 6 chaînes. En 2008, deuxième place. En 2012 et 2013, on passe à la troisième place et on ne redresse pas ensuite. Le rapport d'octobre 2014 sur lequel on se fonde précise qu'une émission est un concept et un présentateur. En 2014, la question de son maintien est donc déjà posée. Il a ses inconditionnels et ceux qui le trouvent clivant. Hypothèse 1, il reste mais en étant plus sympathique. Hypothèse 2, il est remplacé. On est en novembre 2014, on se donne un an pour voir. Le rapport nous donne des conclusions qui sont ce qu'elles sont. En 2015, le concept fait l'unanimité mais l'animateur est trop prétentieux, froid, antipathique..". 

    Le même conseiller: "Comment donner du crédit à ce rapport?" 

    L'avocat de l'employeur: "Et comment donner du crédit à une attestation? Par nature elle est subjective. En 2015, les données médiamétries ne sont toujours pas au rendez-vous, alors on va le licencier. Il n'est pas le seul. Six autres personnes sont dans le même cas, toutes ont attaqué. Le réalisateur a été débouté devant votre conseil et n'a pas fait appel. Une costumière est en appel. Les maquilleuses ont obtenu la requalification du CDDU en CDI. Et la voix off a gagné en appel: l'affaire est aujourd'hui en cassation".

    La présidente: "Expliquez-nous les préjudices?"

    L'avocat de Julien Lepers: "Il voulait travailler jusqu'à 70 ans et ne l'a pas pu. C'est un homme de l'image qui était vu 365 jours par an. Là, en deux ans, on l'a vu 10 fois peut-être".

     

    L'avocat de l'employeur: "Il est parti à Danse avec les stars, il a écrit un bouquin, monté sa boîte... Il fait sa propre com et il demande aux prud'hommes de la transformer en espèces sonnantes et trébuchantes! Regardez les déclarations de Julien Lepers: c'est contre France Télévisions qu'il les dirige et, pourtant, c'est ma cliente qui doit payer".

    Julien Lepers: "Je veux parler, il n'y a que des mensonges..".

    La présidente: "Vous avez la parole. Deux minutes".

    Julien Lepers: "C'est un cauchemar, les trois quart de ce qui a été dit par mon contradicteur... c'est faux. Je n'ai pas d'obligation d'audience dans mes contrats. Même avec deux téléspectateurs, je pouvais continuer. Or là, j'étais entre 1,5 et 2,2 millions de téléspectateurs. C'est unique en France, unique. Vous avez donné des documents qui sont faux, pour que le conseil juge sur des mensonges? C'est irrespectueux. J'ai travaillé 28 ans pour cette émission. Ce n'est pas un hasard, c'est que je ne devais pas être si mauvais. On ne m'a pas dit que je partais, alors que tout le monde le savait. J'ai travaillé sans relâche lors de la dernière session d'enregistrements. Le lendemain, on m'a dit que c'était terminé. Je n'ai même pas pu dire au revoir au public..".

    La présidente (à l'avocat de l'employeur): "Vous avez la parole en dernier".

    L'avocat de l'employeur: "On lui a proposé une émission hommage mais que monsieur Lepers a refusé pour ne pas aller à son propre enterrement".

    17h20. Lhttps://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/julien-lepers-reclame-plus-de-trois-millions-d-euros-aux-prud-hommes_1990838.htmla présidente: "Les débats sont clos. Prononcé le 5 avril".