Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2016

Des médecins américains ont déterminé qu'une forme de la grippe aviaire pouvait être transmise à l'homme par des chats.

Un vétérinaire américain a été contaminé par la grippe aviaire H7N2 qui lui a été transmise par un chat malade habitant dans un refuge pour animaux de New York. Il s'agit du premier cas de transmission de ce virus d'un chat à un homme, relate Gizmodo. Selon les médecins, 162 employés et volontaires du refuge ont été examinés.

Des symptômes ont été détectés chez un vétérinaire qui a développé une légère forme de ce virus. Bien qu'il n'y ait pas de facteurs prouvant l'infection d'autres personnes, le département de la Santé publique de la ville de New York appelle les citoyens à être prudent et suivre l'état de santé de leurs chats.

Le chat qui a transmis H7N2 au vétérinaire pourrait avoir été contaminé après avoir mangé une colombe malade ou avoir été en contact avec un autre chat. Les vétérinaires ont dû l'euthanasier, car le virus avait provoqué chez lui une pneumonie grave. H7N2 est une des souches du virus de la grippe aviaire.

La maladie provoquée par cette grippe ressemble à la grippe saisonnière. La pathogénicité de H7N2 n'est pas importante, ce qui veut dire qu'il est rare qu'il représente un danger pour la santé humaine. Les autres souches de la grippe aviaire, à savoir H5N1 et H7N9, sont mortellement dangereuses.

24/12/2016

Joyeux Noël à tout le monde!

 

noelchemin.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/12/2016

Malgré tout ça, commencez les fêtes de bonne humeur!

 


08:29 Publié dans Blog, Femmes, Film, Gens, Hommes, Humour, Web | Tags : photo, femme, fille, mec | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Elle a osé, la socialaupe!

0a1.jpg

 

 

 

 

 

08:06 Publié dans Femmes, Gens, Liberté | Tags : photo, femme, fille, mec, actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

21/12/2016

ATTENTION AUX IMAGES DES CALENDRIERS DE FAMILLE

Ces images emprisonnées peuvent SE RETOURNER CONTRE VOTRE FAMILLE!

L'image -que vous choisissez pour l'année suivante- affectera cette année-là plus en négatif quand positif la personne visée.

 

Ce n'est pas anodin: ne faites pas n'importe quoi!

 

UN TRÈS GRAVE DANGER LES MENACE! qu'il est important de connaître.

 

Vous le saurez en lisant ma note: La magie du calendrier – 4 que je ferai paraître BIENTÔT

sur mon blog du site www.josyanejoyce.com

 

FAITES PASSER CET AVERTISSEMENT!

 

bebe_calendrier1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

17/12/2016

Dans le tram de Genève

Christophe Piguet, Avocat à la cour, bâtonnier, Genève :

Je viens d’être témoin d’une scène extraordinaire dans le tram 12 à Genève.

                    > > > 

Assise à côté de moi, une femme entièrement voilée (y compris gants et tout le tralala), seule une fente  > > >  horizontale d’un petit centimètre laissait entrevoir ses yeux.

  > > >  Une femme d’une quarantaine d’années, vêtue à la mode d’ici est assise en face de nous et s’adresse à elle avec douceur :

> > >  - Bonjour Madame, comme vous je suis musulmane, mais je ne comprends pas pourquoi vous vous déguisez ainsi.

Pourriez-vous m’expliquer ?

 - Madame, ce n’est pas un déguisement, c’est le prophète qui nous demande de nous vêtir comme cela.

 - Le Prophète ? Vous êtes sûre ? Vous auriez la gentillesse de m’indiquer où se trouve ce texte et quel en est le contenu ?

Je vous demande cela car je ne connais pas ce texte.

 - C’est dans le Coran !

                    > > >

  - Ah, j’ai lu et étudié le Coran, mais je n’ai vraiment aucun souvenir d’avoir  lu le Prophète

 nous demander de nous déguiser comme les femmes de la tribu machinchosebidule   (là, c’est moi qui n’ai pas retenu) qui vit dans telle zone du Sahara et qui portaient ce type  de vêtement bien avant la  naissance du Prophète, pour se protéger des tempêtes de sable.

En plus, cette zone est très lointaine des différents voyages de notre Prophète.

> > >  Historiquement parlant, notre Prophète ne devait même pas connaître cette tribu.

Comment se fait-il dès lors qu’il ait demandé aux femmes musulmanes de s’habiller                    dans un accoutrement qu’il ne connaissait pas ?

- Ça suffit Madame, c’est le Prophète qui l’a écrit, je l’ai lu.

- Vous avez lu le Prophète … d’accord … une traduction ?

- Non en arabe.

 - Ahhh, vous lisez et parlez l’arabe très couramment donc ?

                    > > >

   - Oui absolument.

Là, la dame vêtue à l’occidentale se met à lui parler en arabe à grande vitesse.

 La femme entièrement couverte bredouille des réponses hésitantes.

La femme reprend en français :

 - Madame, je suis professeur d’arabe et de civilisation musulmane à l’Université                    et je peux affirmer que vous ne comprenez rien à l’arabe.

Je vous ai posé des questions dans un arabe pur et élaboré. Des questions très ambiguës, à double sens et vous n’y avez rien vu du tout.

Vous m’avez répondu complètement à côté. Vous êtes née où ?

 - Je suis née ici !

                    > > >

- Donc si je récapitule ; vous portez des vêtements faits pour lutter contre les tempêtes de sable d’une petite tribu, vivant dans une certaine zone subsaharienne dont le Prophète n’a jamais entendu parler, vous avez lu le Coran, mais êtes incapable de comprendre les finesses de la langue arabe,  vous y avez trouvé des instructions vestimentaires mais vous ne pouvez pas me dire quel est ce texte.

 - Ça suffit Madame, vous m’agressez !

 - Non chère Madame, c’est vous qui nous agressez et injuriez ma religion, par votre déguisement, par votre inculture.

 > > > Vous nous faites tous passer nous les musulmans pour des imbéciles fanatiques.

                    > > >

Bravo à cette femme courageuse, la vraie musulmane, c’est elle.

> > > PS : histoire vraie relatée par Me Piguet sur son compte facebook, et reprise dans "la tribune de Genève"

…  et maintenant nous savons que cette "tenue" était destinée à se protéger du sable, et n'a rien à voir avec la religion, mais à provoquer.

Les voiles pour protéger du sable? cela fait 15 ans que je le dis!!!!

Simple déduction: la part féminine qui sait que le sable et le vent, sous le soleil, ça fait rider vite!

D'ailleurs, avec la boîte à outil recherche, vous pourriez retrouver une des notes où j'en parle!...

Pour le reste, cela ne m'étonne guère: pour se déguiser ainsi, faut vraiment être une tarée inculte!

 

 

16/12/2016

ATTENTION A LA MAGIE DU CALENDRIER DU FACTEUR§

L'image qui figure sur votre almanach du facteur -que vous choisissez pour l'année suivante- affectera cette année-là en positif ou négatif.

Lisez pour ce faire toutes mes notes sur mon blog de mon site pro:

www.josyanejoyce.com

 

GRAND DANGER POUR CEUX QUI FIGURENT SUR LE CALENDRIER!!!

Il est très facile désormais de se faire imprimer ou de le faire sur son imprimante, le calendrier que l'on souhaite avoir avec les images de son petit-fils, par exemple. Je ne sais pas trop ce que ce genre de choses peut donner concernant l'avenir de la personne qui le reçoit. 

Mais, CONCERNANT LES PETITS-ENFANTS ou AUTRES MEMBRES de la famille dont on met la photo sur le calendrier,

UN TRÈS GRAVE DANGER MENACE! qu'il est important de connaître.

 

Vous le saurez en lisant ma note: La magie du calendrier – 4 que je ferai paraître bientôt sur mon blog du site

www.josyanejoyce.com

 

Buvons, buvons, buvons, le sirop Thyphon, universelle panacée, ohé!

La taxe sur les loyers fictifs refait son apparition

On croyait l’idée si rocambolesquement inique qu’elle ne pouvait être que le fruit d’une imagination débordante d’un député en mal de publicité médiatique. Personne ne croyait donc qu’il faudrait un jour envisager sérieusement de taxer les propriétaires, encore un peu plus, pour le simple fait qu’une fois le bien immobilier payé, ils se retrouvent à l’abri d’un loyer à décaisser tous les mois.

Oui, vous avez bien lu: l’idée est bien de taxer les loyers fictifs des propriétaires de leur logement. Après tout, comme ils ne dépensent pas cet argent (et pour cause, ils sont propriétaires), ils bénéficient d’un avantage en nature par rapport à tous ceux, les malheureux, qui ne sont que locataires. Cette criante injustice nécessite l’appel de la force publique.

Tout part d’une proposition du Conseil d’Analyse Économique, énième bidule improbable d’une République fromagère qui n’en peut plus des milliards de rapports joufflus produits régulièrement pour évaluer l’une ou l’autre politique et proposer toujours plus d’idées géniales pour tabasser le contribuable français d’une façon toujours plus innovante. Ce Conseil, aussi parfaitement utile qu’une bicyclette à poisson, s’est donc jadis (en 2013) fendu d’une note dans laquelle ses auteurs préconisent d’imputer un loyer fictif dans le calcul d’impôt du propriétaire.

La proposition, apprise par le public, sera rapidement crucifiée sur les réseaux sociaux. Rapidement, le gouvernement met les choses au clair: pas question de faire un truc pareil, pensez donc, oh oh oh, n’ayez crainte, tout va bien, rendormez-vous. D’ailleurs, même que d’abord, les médias ils ont bien rappelé que c’était un gros canular et n’en parlons plus, nananère et tagada tsoin tsoin: non, au premier janvier 2017, il n’y aura pas une nouvelle taxe sur les propriétaires.

Bon.

Soit.

Mais ça n’empêche pas d’y penser tout de même un brin.

Pensez-donc ! C’est qu’il y en a, du gisement financier, dans ces millions de propriétaires français qui coulent bêtement des jours heureux à ne payer que la taxe d’habitation, la taxe foncière et toute la TVA que les mises aux normes diverses, par ailleurs imposées par l’État, génèrent chaque année. Ce serait franchement dommage de laisser tel filon inexploité d’autant que les finances du pays (lisez: nos politiciens) ont un besoin de plus en plus criant de sources fraîches d’abondement. La guerre contre le peuple terrorisme, ça coûte ! La paix sociale L’entretien de nos services sociaux, ça coûte encore plus ! Le camouflage de l’état déplorable de nos infrastructures, ça coûte aussi une blinde !

Dès lors, puisque la rumeur (ce n’était qu’une rumeur, qu’on vous dit !) a été copieusement décriée sur les réseaux sociaux, puis démentie par les médias officiels, il va falloir procéder plus subtilement.

Le Conseil d’Analyse Trucmuche s’est un peu trop fait voir ? Rien d’insurmontable, puisqu’il existe de toute façon une myriade d’autres mouches du coche qui se chargeront de repackager l’idée pour mieux la vendre. C’est juste une question de calendrier et à force d’essayer, il y a bien un moment où cela passera.

Tenez, prenez la période actuelle, toute tendue qu’elle est par des échéances électorales primordiales, un parti socialiste en déroute si totale qu’elle en est comique, et une actualité internationale pleine de sang, d’incertitudes et de misère: tout le monde regarde ailleurs, chargeons donc France Stratégie de réchauffer le petit plat en sauce !

France Stratégie, comme son nom l’indique, est un organisme chargé de définir les bonnes idées pour le Premier ministre et son gouvernement, c’est-à-dire absolument rien de stratégique et surtout pas pour la France. C’est à ce blob visqueux que nous devions, en mars 2015, les propositions bien putrides de lutte contre l’optimisation fiscale (non, non, pas la fraude, juste l’optimisation), les taxes sur les publicités sur internet et les amusantes prévisions d’une France à 10 ans. Bref, que du solide.

 

Cet appendice bureaucratique sera donc parfait pour nous pondre une nouvelle proposition sur le logement, avec de la fiscalité créative et un retour inopiné de la taxation des loyers fictifs.

Alors oui, bien sûr, ces derniers sont introduits après avoir proposé que les locataires déduisent de leurs revenus imposables les loyers payés… Comme si le fait de chouchouter (encore !) les locataires allait compenser celui de tabasser (encore !) les propriétaires, le tout pour un but affiché " d’instaurer une fiscalité plus favorable à la mobilité résidentielle " (autrement dit, faire déguerpir les propriétaires). La presse, éberluée, doit donc à nouveau ressortir des articles pour expliquer pourquoi la vilaine intox d’il y a six mois n’en est plus une à nouveau.

Non, décidément, au gouvernement, on ne lâche rien: il va bien falloir que cette idée passe d’une façon ou d’une autre. Et comme cette fois-ci, il y a du vrai bon gros cadeau bien gras pour les locataires, il n’est même pas impossible que les propositions soient bien accueillies par un public préalablement " mythonné " par la presse.

Après tout, le locataire, ne l’oublions pas, est un petit être chétif et malheureux, régulièrement exploité par le propriétaire foncier capitaliste qui en veut autant à son portefeuille qu’à son foyer et n’attend qu’un incident de paiement pour l’expulser manu vallsi militari. Après tout, le locataire mérite qu’on se batte pour lui, qu’on lui plafonne son loyer, qu’on empêche son expulsion, qu’on l’excuse de ses manquements, le pauvre, même lorsqu’il est condamné pour trafic de drogue…

(Eh oui, que voulez-vous, il n’y a que très récemment qu’un amendement, passé en catimini, dans le cadre de la loi Égalité et Citoyenneté, permet enfin aux propriétaires de ne pas renouveler le bail d’un trafiquant notoire, ce qui a bien évidemment déclenché de petits cris outrés de la part des idiots inutiles du Droit Au Logement et d’Emmanuelle Cosse, l’excuse actuellement en charge du Logement dans ce qui sert de gouvernement à Hollande.)

En réalité, toute la législation française en matière d’immobilier semble conçue pour bien faire comprendre aux propriétaires qu’ils sont une nuisance avec laquelle l’État entend s’accommoder, certes, mais jusqu’à un certain point.

Depuis les possibilités d’expropriations jusqu’aux taxes foncières que n’expliquent pas les services (ou leur indigente absence, plus souvent) que font mine de fournir les communes, en passant par les fixations de plafond aux loyers, les normes toujours plus contraignantes ou l’arbitraire le plus total présidant à la catégorisation des sols en constructible ou non, tout, absolument tout concourt à bien ancrer l’idée pour tous qu’en dernier recours, c’est bel et bien l’État qui est propriétaire de tout sur le territoire français.

Dès lors, il n’apparaît même plus insupportable que le Seigneur Ultime taxe et retaxe tout ce qui bouge sur son territoire. Le citoyen est trop heureux qu’on lui laisse encore un petit bout de toit, une gamelle pour manger et quelques bouffées d’air frais au moment de la promenade du matin, pour penser seulement à se rebeller.

C’est dit: en France, tout appartient à l’État. Toute résistance à cette idée totalitaire est futile.

http://h16free.com/2016/12/15/56727-la-taxe-sur-les-loyers-fictifs-refait-son-apparition

15/12/2016

On est chez nous!!!

 

 

04/12/2016

Sales cons et socialaups!

A Nancy, Valls parle handicap. Sa délégation occupe une place GIG-GIC

Comment sourit le Premier ministre? Quel hommage rendra-t-il au président qui l’a nommé en mars 2014? Quelles allusions lâchera-t-il à propos de sa propre candidature? Ce vendredi 2 décembre, au lendemain du " renoncement " de François Hollande, Manuel Valls est sous les projecteurs, scruté de toutes parts, " observé à la loupe ", dit Le Monde. Ce jour-là, le locataire de Matignon est " en déplacement " comme on dit d’un responsable national quittant les quartiers cossus de la capitale pour visiter, au choix, un quartier populaire, une ferme expérimentale ou les rues d’une ville moyenne.

Ce vendredi, c’est à Nancy que le Premier ministre s’est aventuré. Cela peut paraître accessoire au vu de l’importance phénoménale de la pré-campagne présidentielle en cours, mais le " déplacement " porte sur le sort des handicapés, un sujet toujours consensuel au moment de voter des lois et toujours oublié lorsqu’il s’agit de prendre des décisions concrètes. Le Premier ministre est venu à Nancy pour signer des contrats avec les collectivités locales et annoncer des mesures visant à " simplifier la vie quotidienne des personnes en situation de handicap ", comme on dit de nos jours.

Les travaux se déroulent à la préfecture de Meurthe-et-Moselle, rue Lyautey, une rue assez étroite toute proche de la resplendissante place Stanislas. Le convoi est composé de nombreuses berlines grises ou noires ; pas moins de sept membres du gouvernement accompagnent en effet Manuel Valls, sans compter les présidents des différentes strates su millefeuille territorial. Devant la préfecture, trois voitures occupent des places réservées aux " GIG-GIC ". Ces invalides dont Manuel Valls, à l’intérieur du bâtiment, assure vouloir " simplifier la vie ".

Paul Didier, étudiant en khâgne à Nancy, aperçoit la scène, prend une photo des véhicules et la diffuse sur Facebook et Twitter. Il interroge également un policier en faction devant le bâtiment. " J’ai été voir un flic pour lui demander si c’était normal. Il m’a répondu: ‘ah non mais oui. On leur a dit, mais c’est des cons’ ", relate l’étudiant sur sa page Facebook.

Selon le magazine lorrain en ligne Loractu, les emplacements avaient bel et bien été réservés pour le convoi officiel. Pourtant, il s’agit de places destinées, en temps normal, aux personnes à mobilité réduite. Un panonceau gracieusement posé par le Lions club le souligne: " Si tu prends ma place, prends aussi mon handicap ".Didier avait lui aussi constaté la réservation de ces trois places pour la délégation du Premier ministre. Il le déplore. " Il n’y a pas un mec dans la chaîne qui s’est dit que quelque clochait? " s’interroge-t-il, avant de conclure: " ils sont hors-sol".

 

aValls-PMR-1024x961.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 "J’en ai pour 5 minutes". Ainsi fonctionne la monarchie républicaine à la française. Sous prétexte que l’on est puissant, on peut s’affranchir des règles. Ce n’est évidemment pas la première fois que des responsables politiques (ou économiques, ou médiatiques), profitent de leur puissance ou de leur notoriété pour stationner en gênant tout le monde. Mais ce type de comportement laisse penser que l’importance supposée excuse tout, qu’un intérêt supérieur balaie toutes les règles, y compris celles de la bienséance. Après tout, si le Premier ministre le peut, pourquoi pas le maire, le président de la Chambre de commerce, et puis pourquoi pas moi. Après tout, j’en ai pour 5 minutes.

Ceci conforte cette impression d’une société à deux vitesses et confirme, si besoin était, que le stationnement, la circulation, et plus généralement les déplacements, sont toujours considérés comme des sujets accessoires. Sans compter, bien entendu, l’image déplorable de l’action publique qui en résulte. Discourir, annoncer ou promettre a-t-il encore un sens lorsque, confronté à la réalité, on laisse passer un message exactement inverse à celui que l’on souhaiterait diffuser?

 

APANEAU.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceux qui sont sur fauteuil roulant n'en ont pas pour 5 minutes!

Eux, c'est toute leur vie!

Bandes de dégueulasses!