Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

société - Page 5

  • Ça se passe en Italie… pour le moment.

    Ça fait le tour du web, la photo montre deux immigrés assis confortablement dans l’autobus à Genova, ligne 1, mais avec leur chaise.

    Un internaute : peut être pensent-ils qu’ainsi ils ne paieront pas leur ticket ?

    – Après les déambulations nus dans la ville.

    – Après les baignades dans les fontaines historiques de Rome ( et d’ailleurs )

    – Après les douches dans les dites fontaines.

    – Après les promenades en vélo sur l’autoroute.

    – Après les ballades en scooter sur l’autoroute.

    Voici donc la nouvelle façon de voyager, au risque de blesser les passagers, d’empêcher les mamans avec poussettes de se mouvoir dans les bus et la meilleure façon de faire trébucher les vieilles personnes qui ont déjà bien du mal à se déplacer dans les bus.

    http://www.ilgiornale.it/news/cronache/genova-immigrati-che-si-portano-sedie-sullautobus-1428164.html

    Comme ça ils sont sûrs d’avoir une place assise, eux…

     

    01a.jpg

     

  • Véridique!

    dimanche 13 juillet 2014

    Cher Monsieur et ancien client

    Cher Monsieur et ancien patient client,

    Votre précédent médecin ne pouvait pas vous recevoir ce jour là, où je vous ai vu pour la première fois. Vous aviez mal dans la poitrine du haut de vos 85 ans. Le médecin des urgences où vous étiez passé deux jours auparavant pour cette douleur avait diagnostiqué une pneumonie et vous avait laissé sortir avec de l'Augmentin®.

    Quand vous m'avez raconté vos douleurs et que deux semaines avant on vous avait posé un stent au coeur pour ces mêmes douleurs, j'ai aussitôt appelé le cardiologue à l'hôpital. Je lui ai dit devant vous que votre stent se bouchait, et le cardiologue vous a accueilli dans le quart d'heure dans son service de soins intensifs. Sans repasser par les urgences. Vous ne m'avez pas remercié.

    Une fois sorti de l'hôpital, vous m'avez parlé de ces douleurs de jambes. Depuis des mois, des années. De plus en plus fortes, la marche devenait de plus en plus douloureuse, pénible, insupportable. A la marche, puis au repos, puis la nuit, vous ne dormiez plus, vous maigrissiez. J'ai dû vous revoir plusieurs fois le temps de faire les examens nécessaires, d'évaluer l'efficacité des traitements. A chaque fois vous me faisiez bien sentir que 22 puis 23 euros c'était bien cher, que je vous revoyais pour rien, sinon pour faire marcher mon petit commerce. Je n'ai jamais rien dit.

    Au bout de quelques temps c'est la morphine qui vous a enfin soulagé, vous a redonné le sommeil, l'appétit, le moral. Bien sûr le temps d'équilibrer le traitement, de l'évaluer, puis de vous revoir chaque mois pour le renouveler, le surveiller,  autant de consultations pour me faire sentir que j'exagérais, faire peser sur moi votre mépris.

    Vous aviez partout de l'artérite des jambes et le canal lombaire rétréci par l'arthrose, de bas en haut. Je ne pouvais vous dire quelle était la cause exacte de la douleur. Compte tenu de votre âge, de vos maladies, j'essayais de vous expliquer qu'on ne pourrait rien faire de radical, et que l'important c'est que vous soyez soulagé. C'était le cas. Vous le reconnaissiez du bout des lèvres. Pourtant c'était évident. Vous repreniez du poids, du moral, du sommeil, vous marchiez de nouveau sans canne. Mais ça n'allait toujours pas.

    Vous avez demandé à aller à la consultation anti douleur du CHU d'à coté : 80 km, 3 mois d'attente. Vous êtes sorti de cette officine de l'industrie pharmaceutique avec les saloperies habituelles, inefficaces et dangereuses. Le fin algologue industriel vous avait dit d'arrêter la morphine, je n'y connaissais rien. Vous étiez bien d'accord. Une semaine après vous geigniez de douleur. Il a fallu tout reprendre, mais là encore c'était pour arrondir mes fins de mois bien sûr. Vous êtes retourné à ses consultations, reconvoqué régulièrement, poisson amorcé. Au bout d'un an, vous avez fini par réaliser, vous et votre famille, que ça ne servait à rien. Seule la morphine vous soulageait, mais c'était prescrit par le petit généraliste de merde. Intolérable.

    Alors vous avez voulu consulter le grand chirurgien du CHU plus loin. 210 km, 4 mois d'attente. Comme moi il était incapable de faire la part des choses entre les douleurs rhumatologiques et artérielles. Pour justifier sa consultation à 150 euros, il était prêt à vous faire une infiltration quelque part dans le dos. Quelque part... compte tenu du fait que c'était rétréci de partout, votre putain de canal lombaire, il pouvait taper qu'au hasard. Ca vous a permis de faire un nouvel aller retour, frais sécu, 2 fois 210 km, pour l'avoir l'infiltration. Vous l'avez eue. Après le voyage il a fallu que je vous vois "en urgence" pour augmenter la morphine, le prix du voyage sans doute.

    Moi qui ne fais pas de visite à domicile, quand vous m'avez appelé parce que vous aviez des vertiges et que vous ne teniez plus debout, je suis arrivé avant le Samu. J'avais amené tout le dossier médical, les radios, les ECG, tout le bordel. C'est grâce à ça que le Samu a pu vous laisser chez vous.

    Suite à ça c'est la seule fois où vous m'avez dit merci, quand je vous ai revu pour reconduire la morphine. Et le train-train a repris. Tous les mois je réévaluais le traitement et le reconduisais en l'adaptant. Tous les mois j'y avais droit. "Vous êtes sûr que c'est efficace, vous êtes sûr que j'en ai besoin".  "Est ce que je devrais pas aller voir un vrai médecin spécialiste  ? Ma fille et ma femme se demandent..." Vous l'avez arrêtée, pour voir. Vous avez vu.

    Chaque mois vous étiez obligé de me revoir, et je sais bien ce que ça vous coûtait de venir me voir...   Le temps a passé, 88, 89, 90 ans... Jusqu'à ce jour où vous m'avez appelé pour me dire que vous aviez trouvé une place en maison de retraite, et si je voulais continuais à vous suivre. J'ai dit OK mais toujours à mon cabinet, question de qualité. Vous m'avez dit que la maison de retraite refusait. Mensonge. Je vous ai redit et expliqué que compte tenu des conditions de travail dans cette maison de retraite, je n'y allais plus. Vous m'avez dit : "C'est embêtant pour vous, je vais devoir changer de médecin".

    Quand votre fille m'a téléphoné pour m'enjoindre de transmettre votre dossier au nouveau médecin traitant, je lui ai dit que les frais s'élevaient à 15 euros, il y avait plusieurs dizaines de photocopies à faire, plus le temps et les frais d'envoi... Trois mois après votre dossier attend toujours dans mon cabinet. Je voulais vous en informer.

    Votre ex larbin.

    http://julienbezolles.blogspot.fr/

     

  • L'écriture sur clavier: un danger pour votre cerveau

    Par Alice Develey - Figaro

    Après avoir été remise en question dans une dizaine d'États américains en 2014, l'écriture à la main amorce son grand retour dans plusieurs provinces des États-Unis. Un revirement graphique qui s'explique par de nouvelles études démontrant un lien de cause à effet entre la baisse du niveau des élèves et l'emploi des claviers.

    Ce sont des plaisirs qui se perdent. Recevoir une lettre de son amoureux, découvrir une carte postale de ses amis de vacances ou déchiffrer un post-it noirci de pattes de mouches. Aux États-Unis depuis la rentrée 2014, les étudiants n'ont plus même le plaisir de pouvoir s'échanger entre deux tables des petits bouts de papiers secrets. L'écriture à la main a été délaissée. Jugée trop complexe. Froidement accueillie par les parents d'élèves et fustigée par les chercheurs, cet abandon fait toutefois aujourd'hui l'objet d'une controverse. En cause? La confirmation d'une corrélation entre potentiel cognitif et écriture manuscrite.

    C'est l'histoire que nous conte Quartz sur son site. Celle de l'impossible abandon d'un système vieux de plus d'une vingtaine de millénaires. À l'heure du diktat de l'instantané, où le temps des horloges semble avoir été complètement détraqué, l'adage "vite fait bien fait", n'a selon toute apparence jamais été aussi vrai. A fortiori concernant la sphère des communications. Ainsi n'est-il pas anodin qu'un outil aussi simple et primitif que le stylo ait été en premier remis en question! Trop compliqué et trop lent comparé au clavier, plus commode et plus certain ; il n'y avait en effet pas tellement besoin de réfléchir.

    Une attention redoublée

    Et cette évidence de "rapidité +productivité" n'a pas échappé au pays du self-made man. Ainsi les États-Unis, suivis par la Finlande, avaient-ils délaissé l'écriture à la main dans une dizaine de provinces à la rentrée 2014. Décision désormais en phase d'abandon. Après les vives complaintes de parents d'élèves et les études alarmistes de scientifiques, l'État de Louisiane va, dès cet automne, réintroduire de la classe de 6e à la Terminale, des cours d'écriture. Il sera le quatorzième État à amorcer ce rétropédalage, après une décennie de flou autour de l'usage du stylo dans les salles de classe.

    En réalité, l'efficacité de l'apprentissage sur l'ordinateur a été largement surestimée ces dernières années. "Nous avons constaté que les élèves, jusqu'en sixième, écrivaient plus de mots, plus rapidement, et exprimaient plus d'idées s'ils écrivaient à la main plutôt qu'avec un clavier", a indiqué Virginia Berninger, professeur à l'Université de Washington, au Washington Post. L'ordinateur ne serait donc pas tant une aide pour l'enfant qu'un moyen de le rendre intellectuellement paresseux. Car si, précise Quartz, l'utilisation d'un stylo nous demande de faire attention à nos courbes sur le papier, il nous oblige surtout à mobiliser notre mémoire motrice.

    Des lycéens incapables de lire des lettres manuscrites

    À ce sujet, les scientifiques sont unanimes. Devant un simple exercice de prise de notes, les enfants et les adultes ayant opté pour le crayon retiennent mieux les informations et font davantage intervenir leur esprit de synthèse que leurs homologues sur l'ordinateur. Si le doute demeure sur de telles différences de résultats, les chercheurs estiment toutefois que l'écriture à la main demande à chaque mot un nouveau mouvement et, par voie de conséquence, un plus gros travail de la part de notre cerveau. L'écriture sur clavier requiert quant à elle une simple répétition de nos gestes. Encore et encore...

    Des résultats déjà relevés en 2014 par des chercheurs de l'université de Princeton. "Les étudiants qui prennent des notes sur leurs ordinateurs portables obtiennent de bien plus mauvais résultats sur des questions conceptuelles, que les élèves écrivant à la main. L'écriture manuscrite peut être bénéfique là où l'écriture sur clavier permet seulement la retranscription d'une information. Ce qui est préjudiciable à l'apprentissage."

    Outre ces cas concrets, Quartz note un exemple inquiétant de la perte de l'usage du stylo au quotidien: celui de la sénatrice Beth Mizell, à l'initiative de la proposition de la loi sur l'écriture cursive en Louisiane. Elle rapporte notamment l'anecdote (pas si anecdotique) de lycéens, engagés pour l'été, ayant été incapables de lire de vieux documents écrits à la main. Un fait inimaginable dans le pays de Victor Hugo, n'est-ce pas?

     

    POUR L'ECRITURE ET LA PRONONCIATION, c'est ici

    http://demaincestaujourdhui.hautetfort.com/archive/2017/08/05/et-la-prononciation-un-desastre-un-naufrage-epouvantable-5968937.html

     

     

  • Nan!!!! c'est pas vrai!!! hé si, c'est blesipo!

    Les passagers des trains des chemins de fer néerlandais (NS) seront accueillis à partir de décembre prochain par un "Chers voyageurs", neutre sexuellement, qui remplace le "Mesdames et Messieurs".

    Environ 24.000 annonces automatiques sont diffusées dans les trains de NS chaque jour. En outre, les employés des chemins de fer néerlandais réalisent eux-mêmes environ 70.000 annonces. Les textes ont été adaptés pour supprimer toute référence au genre.

    Les machinistes, conducteurs et annonceurs ont été sensibilisés.

    Le changement sera officiel le 10 décembre. "Nous voulons que chacun se sente le bienvenu dans nos trains", a commenté le directeur de NS, Roger van Boxtel. Le métro londonien a déjà procédé au même changement au début du mois de juillet, ‘Ladies and gentlemen’ a ainsi été remplacé par ‘Good morning everyone’ (Bonjour tout le monde).

    https://fr.metrotime.be/2017/07/28/actualite/aux-pays-bas-chemins-de-fer-sadresseront-aux-voyageurs-reference-genre/

    Tous ces dérangés du trouduc doivent être au maximum 0,0005% de la population mondiale; plus chiants que les moustiques qui sont des milliards!

  • Etes-vous trop Français?

    Quand l’Education Nationale pénalise ce qui est trop "français"

    Selon Benoit Rayski, les pédagogues du Ministère de l’Education Nationale, traquent tout ce qui ne correspond à une préférence étrangère ou immigrée. Il donne ici un exemple éclairant de leur savoir-faire.

    Ingrid Riocreux est riche. Riche d’intelligence. Elle a écrit un livre formidable sur le langage des médias, langage qu’elle voit comme une fabrique du consentement. Elle tient un blog " La voix de nos maîtres ". Le lire permet de se nettoyer des saletés langagières qu’on essaie de déposer sur nous. Comme elle est, ainsi que nous l’avons dit, riche, nous nous sommes autorisés à voler une perle sur son blog. Il s’agit de l’intitulé d’une épreuve pour le bac technologique. La voici.

    Ecriture d’invention: "Vous découvrez au concours Lépine, une invention dont la nouveauté, l’utilité et l’ingéniosité vous séduisent. Désireux de partager votre découverte et de communiquer votre enthousiasme, vous écrivez un article dans le journal de votre commune".

    A l’intention des correcteurs du bac, ces recommandations. " On pénalisera: un texte trop court, un contexte mal cerné, la confusion entre visiteur-chroniqueur et inventeur, une maîtrise insuffisante des éléments formels, un niveau de langue inapproprié, une expression déficiente, toute dérive autour du caractère ‘français’ de l’invention" .

    Ce texte a été conçu vérifié et validé par des dizaines de pédagogues appointés par le ministère de l’Education Nationale. Ils l’ont trouvé conforme à leur pensée formatée. Il a été envoyé à des milliers de professeurs qui l’ont trouvé normal et banal et n’ont pas protesté. Des dizaines de milliers d’élèves l’ont eu entre les mains. Ils n’ont rien dit car ça venait d’en haut.

    On est en droit de nous interroger sur ce que pourrait être le caractère " français " d’une invention. La mention NF (Norme France) inscrite par l’un des candidats au bac? Les profs auraient vite fait de comprendre qu’il s’agit de FN (Front National) dissimulé. Une machine géniale fabriquant des bérets basques carrés? Une boîte à musique où un cocorico retentissant accompagnerait la Marseillaise? Une recette pour l’hydromel cher à Astérix et à Obélix?

    En revanche certaines inventions imaginées par l’élève seraient, en bonne logique, sur-notées. Une couscoussière fonctionnant à l’énergie solaire… Une kalash taille réduite pour les enfants… Un tamtam végan fabriqué avec des fibres végétales… Pour rester dans le domaine de l’invention nous apprécierons que quelqu’un trouve une machine à virer les crétins, nos maîtres, qui ont inventé et fait triompher la bêtise arrogante et dominatrice.

    atlantico

    http://www.fdesouche.com/872933-quand-leducation-nationale-penalise-ce-qui-est-trop-francais

    Surtout, lisez les commentaires