Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fille

  • EURO 2024 DE FOOTBALL

    L’Allemagne accueillera l’Euro 2024 de football du 14 juin au 14 juillet. Les matches se dérouleront sur dix sites à travers l'Allemagne (Berlin, Cologne, Dortmund, Düsseldorf, Francfort, Gelsenkirchen, Hambourg, Leipzig, Munich et Stuttgart. Vingt-quatre équipes seront en action et les détails des rencontres peuvent être trouvés sur le calendrier des matches.

    ANTICIPER L’EVENEMENT

    L’UEFA EURO 2024 commence à Munich le vendredi 14 juin et se termine à Berlin, le dimanche 14 juillet.

    Le calendrier des matches et les informations sur les stades où ils se dérouleront sont disponibles sur le site officiel de l’UEFA EURO 2024.

    Veillez à anticiper votre séjour et votre participation à l’évènement le plus tôt possible, afin d’éviter des difficultés pour vous loger ou pour circuler. Les soirs de matchs sont notamment susceptibles d’entraîner des perturbations de circulation.

     

    MISE EN GARDE D’USAGE

    En cas d’incident ou de danger lors des rassemblements, restez attentif aux consignes transmises par les autorités locales et par l’ambassade de France en Allemagne (site internet, X (ex-Twitter) et Facebook).

    ALCOOL ET STUPÉFIANTS

    La consommation d’alcool est strictement réglementée pendant les matches et à l’intérieur des stades. Il convient d’adopter une attitude respectueuse en toute situation. En cas de consommation excessive, l'entrée des stades peut être refusée.

    L’Allemagne a, le 1er avril 2024, légalisé sous conditions la détention de cannabis à usage récréatif. Il est néanmoins rappelé aux ressortissants français qui séjourneraient ou résideraient en Allemagne, ainsi qu’aux voyageurs à destination de la France, que le cannabis reste, en France, une drogue classée parmi les stupéfiants.

    Il est à noter que toute personne de passage, ne résidant pas en Allemagne, n’a aucun moyen légal de se procurer du cannabis.

    SANTÉ

        Frais d’hospitalisation et dépenses de santé

    La carte européenne d’assurance maladie (CEAM) facilite la prise en charge de soins médicaux en Europe. Elle atteste des droits de son titulaire à l’assurance maladie française. Lors de vacances ou d’un court séjour en Allemagne, il est conseillé de se la procurer.

            Pour plus d’informations, consulter service-public.fr, ameli.fr, le site du CLEISS et le site allemand de la Deutsche Verbindungsstelle Krankenversicherung - Ausland (DVKA) (fiche en français portant sur les prestations de l’assurance maladie pour les vacanciers).

        En cas de maladie chronique (diabète, hypertension ...), il est souhaitable de disposer de la totalité de son traitement pour le séjour, voire plus dans l'éventualité d'un retard ou d'une perte.

        Concernant les infections sexuellement transmissibles, il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque. Emportez vos propres préservatifs. Si vous pensez avoir été exposé à une infection sexuellement transmissible (IST), consultez un médecin et faites-vous dépister dès que possible.

        Il peut faire chaud, alors n'oubliez pas de boire beaucoup de liquides non alcoolisés et de vous protéger du soleil avec des vêtements, des lunettes de soleil et un écran solaire à fort indice de protection.

        Si vous prévoyez de vous rendre dans des zones où les tiques peuvent être présentes, y compris les parcs urbains et les zones boisées, respectez les recommandations visant à réduire le risque de maladie transmise par les tiques.

    CONTACTS D’URGENCE

    En cas d’urgence consulaire, vous pouvez joindre l’ambassade de France en Allemagne :

        par courriel: consulat.berlin-amba@diplomatie.gouv.fr ;

        par téléphone: 0049 30 590 03 9000.

    Il est recommandé avant de partir de s’inscrire sur le Fil d’Ariane. Ce service permet, lors de voyages personnels, touristiques ou professionnels, de se signaler gratuitement et facilement auprès du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et, le cas échéant, de recevoir des consignes de sécurité.

    LIENS UTILES

    Des informations complémentaires sont disponibles sur les sites suivants :

        Le site officiel de l’UEFA EURO 2024 (en français)

        Le guide officiel de l’événement pour chaque ville (disponible en anglais et en allemand)

        FAQ (en français)

        Les sites officiels des villes de Berlin (en français), Cologne (en anglais et en allemand), Dortmund (en allemand), Düsseldorf (en anglais et en allemand), Francfort (en français), Gelsenkirchen (en allemand), Hambourg (en anglais et en allemand), Leipzig (en français), Munich (en anglais et en allemand) et Stuttgart (en allemand).

    Source : Source : France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des affaires étrangères.

  • Pas damalgam!

    "Pas de récupération politique! ", martèle-t-on en réponse à chaque crime sanglant qui implique, presque par hasard, une personne issue de l’immigration. L’omerta est de mise dans la sphère médiatico-politique. La consigne viendrait même du cabinet du ministère de l’Intérieur, selon le magazine Causeur. Les éléments de langage sont préparés depuis Beauvau avant d'être redistribués aux élus locaux,

    Les Français sont condamnés aux marches blanches, en guise de manifestation contre l'ensauvagement. A Châteauroux comme à Romans-sur-Isère, ils sont des milliers à accompagner les parents endeuillés, pour exprimer leur colère et réclamer qu’enfin, les gouvernants se penchent sur la question des agressions et de la répartition des migrants dans toute la France. Certains ont fait plusieurs dizaines de kilomètres, sans connaître la victime, avec finalement un seul but: manifester dignement leur colère.

  • 1er mai

  • Epidémie d'infections à Parvovirus B19 en France.

    Une épidémie d’infections à Parvovirus B 19 touche actuellement la France, ayant débuté en mai 2023 et affectant toutes les catégories d’âge et en particulier l’enfant. Le pic épidémique de la saison 2023-2024 n’est vraisemblablement pas encore atteint avec des données montrant des incidences 2 à 3 fois supérieures à celles de la dernière saison pré-pandémique. Les raisons de cette épidémie ne sont pas clairement établies, mais comme pour d’autres infections virales ou bactériennes, elle pourrait être liée à la levée des mesures sanitaires (notamment confinement et mesures barrières) qui a suivi la pandémie de COVID-19 durant laquelle une dette immunitaire a pu s’installer. Une augmentation du nombre d'infections par le parvovirus B19 a été récemment signalée par d’autres pays européens dont le Danemark, l'Irlande, les Pays-Bas et la Norvège

    Le 31 juillet 2023, le service de Pédiatrie Générale et Maladies infectieuses du CHU Necker signalait un nombre inhabituel d'hospitalisations pédiatriques graves liées à une infection à Parvovirus B 19 (entre avril et juillet 2023, 37 cas d’infections à Parvovirus B 19 avaient été hospitalisés dont 21 enfants atteints de drépanocytose et 5 ayant nécessité une hospitalisation en service de réanimation).

    Des données virologiques (CHU Cochin) montraient que le nombre de prélèvements positifs à Parvovirus B 19 avait triplé au cours des huit premiers mois de 2023 comparé à l’ensemble de l’année 2022. Dans le liquide amniotique le nombre de prélèvements positifs était dix fois supérieur.

    Au mois d'octobre, des signalements spontanés d’urgentistes ont mis en évidence la persistance de d’hospitalisations pour infections sévères à Parvovirus B 19. Des services de médecine périnatale signalaient des cas chez la femme enceinte.

    DONNÉES DE PASSAGE AUX URGENCES

    Il est noté une augmentation du nombre de passages aux urgences pour suspicion d’infection à Parvovirus B 19 chez l’enfant à partir de début décembre 2023. Le nombre de passage aux urgences chez les adultes de plus de 15 ans ne montrait pas d’augmentation et restait dans des effectifs faibles, y compris chez les femmes de 20-40 ans. Les hospitalisations après un passage pour suspicion d’infection à Parvovirus B 19 sont en légère hausse, mais les effectifs restent très faibles.

    ACTES MÉDICAUX SOS MÉDECIN :

    Dans le réseau SOS Médecins, on observait une augmentation régulière du nombre d’actes pour diagnostic « Maladies Infectieuses diverses » depuis début décembre 2023 chez les enfants de moins de 15 ans

    DONNÉES DE LABORATOIRE :

    La surveillance virologique des infections à Parvovirus B 19 a mis en évidence une augmentation du nombre de diagnostics réalisés dans les trois groupes de la population considérés : enfants de moins de 15 ans, femmes de 20-40 ans et autres personnes âgées de 15 ans ou plus. La forte incidence en particulier pédiatrique est reflétée par le taux de positivité qui était chez l’enfant entre 30 et 40% au mois de mars 2024 alors qu’elle était < 20% au cours des saisons précédentes.

    DONNÉES DE MORTALITE :

    Le nombre de décès liés à une infection à Parvovirus B 19 était en moyenne de 1,8/an en période pré-pandémique et touchait majoritairement les adultes. Même si ce nombre reste faible et cohérent avec la faible sévérité de l’infection, il est à surveiller car il a augmenté de façon notable depuis 2022 en lien avec la circulation plus active du virus et affecte davantage les enfants, qui constituent la totalité des 5 décès déjà enregistrés pour l’année 2024 via la certification électronique des décès. Ces 5 décès surviennent chez des enfants âgés de moins d’un an dont 4 nouveau-nés suite à une infection congénitale. Pour le 5ème décès (âgé de 8 mois), il n’existait pas de comorbidité ni d’immunodépression.

    DANS CE CONTEXTE, IL EST IMPORTANT :

        de poursuivre la sensibilisation des professionnels de santé sur la persistance d'une incidence élevée et d'une saison épidémique qui se prolonge de manière inhabituelle.

        d'informer sur les risques particuliers chez l'enfant immunodéprimé/drépanocytaire et chez la femme enceinte et sur la nécessité d'éviter tout contact avec une personne atteinte ou suspectée d'être atteinte par une infection à Parvovirus B 19. Dans le contexte épidémique actuel, une diminution des mouvements actifs fœtaux doit conduire à rapidement consulter un service spécialisé.

        de rappeler qu'une infection par le Parvovirus B 19 devra être évoquée devant un cas de rougeole non confirmé par les examens biologiques.

        de rappeler qu’en cas de cas groupé on évitera l'exposition des sujets à risque (femmes enceintes, personnes immunodéprimées).

    RAPPEL SUR LES INFECTIONS A PARVOVIRUS B 19

    Le Parvovirus humain B 19 est à l'origine d’une infection le plus souvent asymptomatique, mais aussi d’un érythème infectieux, le mégalérythème épidémique ou cinquième maladie, une infection infantile bénigne. Il s’agit d’un virus strictement humain dont le principal mode de transmission est la voie respiratoire. Les signes cliniques apparaissent après une incubation de 4 à 21 jours. La primo-infection peut entraîner des manifestations sévères chez les personnes atteints d’anémie hémolytique chronique, chez des personnes immunodéprimées et chez les femmes enceintes chez qui elle peut être responsable de fausses couches et d’anasarque fœto-placentaire.

    Une myocardite ou une encéphalite peuvent parfois être observées. Cette maladie ne fait l’objet d’aucune mesure de prévention spécifique, en particulier l’éviction scolaire n’est pas préconisée. Il est néanmoins recommandé d’informer les sujets à risque et les femmes enceintes lors de la survenue de cas groupés ou de cas en collectivité afin d’éviter les contacts. L’infection par le Parvovirus B 19 ne fait pas l’objet d’une surveillance spécifique en France.

  • ALERTE GENERALE!

    Ce n'est pas un poisson d'avril… hélas

    Un nouveau délit qui ne devrait pas faire l’unanimité. En effet, dans le projet de loi de "sécurisation de l’espace numérique" qui pourrait être adopté au début du mois d’avril, un nouvel élément a été intégré à l’article 5 bis. Selon les informations de Mediapart, il s’agit du " délit d’outrage en ligne ", sanctionné par une amende forfaitaire délictuelle. Cette procédure pourrait permettre de sanctionner des faits sans passer par un procès. Sera puni de 3 750 euros d’amende et d’un an d’emprisonnement "le fait […] de diffuser en ligne tout contenu qui soit porte atteinte à la dignité d’une personne ou présente à son égard un caractère injurieux, dégradant ou humiliant, soit créé à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante", explique le texte.

    La portée de ce texte est relativement large, car il semblerait que l’ensemble des outils de communication en ligne soit visé par l’article, c’est-à-dire les réseaux sociaux, les plateformes de partage de vidéos, mais aussi les messageries privées. En cas de partage d’un message offensant, dégradant, haineux sur Twitter par exemple ou dans une boucle privée WhatsApp, la personne qui l’a diffusé pourra être obligée de payer une amende.

    Toutefois, le Conseil constitutionnel pourrait mettre son veto à l’adoption définitive de ce texte en raison du caractère subjectif de la définition du délit. En effet, la plus haute juridiction administrative a déjà rappelé que des amendes forfaitaires délictuelles ne pouvaient s’appliquer qu’à des faits "aisément contestables".

    Le gouvernement craint d’ailleurs que l’article soit censuré. " Bien que nous partagions évidemment les objectifs, nous sommes beaucoup plus dubitatifs sur la sécurité juridique et constitutionnelle de la démarche", a précisé le cabinet de Marina Ferrari, secrétaire d’État chargée du Numérique, auprès de Tech&Co.

    https://www.valeursactuelles.com