Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Autres animaux

  • Les toutous, les toutous, les touristes...

  • Blague catho

    Un jour Marcel se trouva au seuil d’un désert qu’il devait impérativement traverser. Il décida donc de louer un âne à un vieil homme qui passait par là:

    – J’aimerais louer ton âne, vieil homme.

    – Je veux bien, dit le vieillard, mais je te préviens: il est spécial.

    – Qu’a-t-il donc de si spécial,

    – Il ne comprend que le langage biblique. Pour le faire avancer, il faut lui dire Alléluia et pour qu’il s’arrête, il faut lui dire Amen.

    Marcel sourit (un âne chrétien, on aura tout vu !) et acheta l’âne sans discuter. Le vieil homme dit Alléluia et l’âne partit au galop jusqu’à arriver en haut d’une falaise. Marcel, pris de panique, essaya de l’arrêter: – Arête !… Stop !… Non !…

    Mais l’âne courait de plus belle. Marcel tenta alors de se rappeler les paroles du vieil homme:

    – Marie-Joseph … Saint … Jésus … Bible … Notre Père …

    L’âne continuait de foncer.

    – Seigneur, je ne te connais pas bien, mais il n’est jamais trop tard pour m’adresser à Toi.

    Et Marcel commença à prier:

    – Notre Père qui est au ciel, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite. Au nom de Jésus, Amen !

    L’âne stoppa net, juste au bord de la falaise !

    De joie, Marcel s’écria: Alléluia !

    Et l’âne repartit.

     

  • Le zoziau qui se marre!

     

        La canicule. N’oublions pas d’arroser nos vieux, nos plantes, notre pastis et notre départ en vacances.

     

        — bernard pivot (@bernardpivot1) 26 juillet 2018

  • Absurde!!!

    L’écologie et l’histoire du faux cachalot en polyester à 30 000 €

    Vous adorez payer vos impôts. Vous en êtes même fier. Rien ne vous donne plus l’impression d’appartenir à la nation que ce geste citoyen et solidaire. Où seraient nos écoles, nos hôpitaux, nos transports, où seraient tous ces services à la renommée mondiale sans cette contribution heureuse et désintéressée de tout un chacun en faveur de l’intérêt général ?

    Eh bien, soyez comblé, car en matière de bien commun, rien n’arrête plus nos édiles, comme en témoigne l’abracadabrante histoire du faux cachalot échoué sur le rivage du lac de Serre-Ponçon pour l’édification écologique des masses.

    Vendredi 8 juin dernier avait lieu la Journée mondiale de l’océan parrainée par les Nations unies. Objectif : sensibiliser les populations sur la fragilité des océans et les alerter sur la pollution par le plastique qui affecte l’ensemble de l’éco-système océanique.

    Pour l’occasion, la commune de Savines-le-Lac, charmante bourgade balnéaire située sur les rives du lac de Serre-Ponçon (Hautes-Alpes), a décidé de frapper fort. Il est bien évident que le "désastre écologique" qui se prépare demande des réponses originales et énergiques, sans compter qu’un petit coup de projecteur touristique balayé au passage sur la station ne sera pas de refus non plus.

    Aussi, en partenariat avec le théâtre La Passerelle – Scène nationale de Gap et avec l’aide du collectif artistique belge Captain Boomer qui n’en est pas à son coup d’essai, elle a décidé de se lancer ni plus ni moins que dans la grande mode artistique du moment, le " canul’art ".

    C’est ainsi que la dépouille d’un cachalot de 15 m de long, 3 m de large et pesant une tonne a été retrouvée au petit matin, échouée sur une plage du village :

    Tandis que les promeneurs s’interrogent – un cétacé antédiluvien libéré par la fonte des glaces, un bébé cachalot introduit dans le lac et devenu grand … ? – et se montrent plutôt dubitatifs – car un cachalot qui descendrait effectivement un torrent comme la Durance, ce serait un scoop planétaire – un périmètre de sécurité est installé à bonne distance de l’animal, des policiers arrivent, ainsi qu’une équipe de scientifiques de l’International Whale Association (IWA) dédiée à l’étude et la protection des baleines.

    Ces derniers s’empressent autour du cadavre, prennent des mesures, effectuent des prélèvements à la recherche de plastique, de cadmium ou de plomb possiblement ingérés par le mammifère, lequel serait un jeune mâle d’une quinzaine d’années. Ils vont ensuite à la rencontre des habitants et des touristes afin d’échanger avec eux sur l’urgence écologique qui se fait à l’évidence de plus en plus pressante.

    Sauf que tout cet aimable fait divers est une mise en scène, une " installation artistique " visant à "reconstruire“ quelque chose qui ne s’est jamais vu sur les bords du lac de Serre-Ponçon. Le malheureux cachalot victime des malversations humaines est en fait une "statue" en polyester qui a déjà été exposée en différents endroits du globe; les "scientifiques" sont des acteurs et l’association IWA est bidon.

    Le buzz avait été préparé la veille grâce à une photo "troublante" publiée dans le quotidien La Provence. Toute ressemblance avec le monstre du Loch Ness n’était évidemment pas fortuite. Il s’agissait bel et bien de frapper les faibles d’esprit que nous sommes.