Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Humour à l'ancienne

     

     

    Diapositive1.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    Diapositive8.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diapositive9.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diapositive10.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Il y a le ciel, le soleil et la mer....

    Diapositive12.JPG

     

     

     

     

     

     

    Diapositive13.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    Diapositive14.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

    Diapositive15.JPG

  • Météo 2012: les belles plantes, ça s'arrose!

    Le temps en France ne sera pas du tout le même pour 2012 qu'en 2011. Pour commencer, il y aura beaucoup moins de vent au printemps, en région toulousaine.

    Mais, pour la région toulousaine et le midi, le temps sera très froid et sec: très froid, style Noël au balcon, Pâques au tison. Il faudra attendre la 2e quinzaine d'avril pour que les températures condescendent à être dans la moyenne saisonnière.

    Il ne pleut pas vraiment jusqu'à la mi-avril dans la région toulousaine, ensuite, bonne fête aux parapluies.

    Pour l'été, attendez-vous tous, gens du sud et gens du nord a beaucoup de chaleur, beaucoup d'orages (j'ai dit beaucoup d'orages) et pour ceux du nord, pas mal de vent dans l'ensemble de l'été en sus.

    Les gens du nord de la France auront pas mal de précipitations au printemps et en mai, juin et tout l'été.

    Septembre à fin d'année, le froid ne sera pas violent pour l'ensemble de la France. Mais, il pleuvra pas mal.

    Comme d'habitude, la région de mare nostra sera privilégiée.

  • La femme à deux têtes

    Un cas sur dix mille.

    Par Vincent Fleury Dans un précédent billet, j’ai manifesté de la compassion pour les paléontologues, qui sont obligés de travailler sur des fossiles, difficiles à trouver, mal préservés, et rarement saisis dans l'instant-même où leur morphogénèse a lieu.  Les embryologistes ont plus de chance : nous pouvons renouveler nos échantillons à l’infini, et faire autant de mesures que nécessaire. Pour ceux que la " cuisine " intéresse, un chercheur lambda comme moi-même " consomme " environ 1000 embryons par an. Mes embryons (de poulet) sont commandés à un centre avicole qui fournit des embryons de poulet à l’industrie pharmaceutique. Ils me sont livrés environ tous les quinze jours, par lots de 90. Je dois payer la livraison : la livraison est offerte à partir d’une commande de 10000 œufs minimum… Pour ceux qui s’offusquent que les biologistes utilisent du matériel animal, je rappelle que les Français consomment environ 1  200 000 000 de poulets par an  (vous avez bien lu).

     lakmi.jpg

     

     

     

     

     

    © Lakshmi

     Si  j’évoque ces détails numériques, c’est en relation avec un autre billet, où j’évoquais de tristes malformations, comme les enfants à 8 membres, qui sont le résultat d’un " mélange " de deux enfants, ce qu’on appelle les fétus in fetu.

    Les anomalies du développement posent des questions difficiles, car reposant sur des échantillons très réduits, et ces questions se posent autant aux partisans d’une approche visco-élastique de la morphogénèse, qu’aux partisans d’une morphogénèse par " instructions " génétiques de type stop-and-go.

    Pour ma part, peut-être par déformation de physicien, je reconnais dans la notion de " plasticité " du vivant, défendue par les médecins et les biologistes, une conséquence simple de la plasticité usuelle des matériaux, comme la plasticine, justement.

    Cependant, lorsqu’on ouvre tous les ans 1000 œufs, il arrive qu’on ait des cas anormaux. Ces cas, on ne sait trop quoi en faire, puisque on ne peut pas faire d’articles avec des échantillons uniques (il existait un temps un " Journal of Irreproducible Results ", je ne sais pas s’il paraît encore).

    J’aurais dans ce cas volontiers publié le cas de cet embryon.

     bifide0.jpg

     

     

     

     

     

     

    © VF/CNRS/MSC

    Il s’agit d’un embryon de poulet présentant une colonne vertébrale bi-fide, avec un haut du corps bien formé, les deux corps se rejoignant, et se " mixant ", en une structure anatomique parfaitement naturelle, mais complètement différente de la structure normale.

     comparaison.jpg

     

     

     

     

     

    © VF/CNRS/MSC

     L’image ci-jointe compare un embryon normal à un embryon bi-fide, au même stade. Ce qui est particulièrement remarquable, pour un embryologiste, est l’apparition de précurseurs vertébraux composés de trois segments, alors que dans TOUS les embryons de vertébrés, les précurseurs vertébraux vont par paires. De même, la forme de la partie basse de la " chorde " et des précurseurs du bassin est anormale, mais bien formée. On voit bien que la topologie obtenue, avec des plis un peu différents du cas usuel, n’a pas de raison particulière de ne pas être fonctionnelle.

     

    bifide4.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    © VF/CNRS/MSC

    J’avoue avoir une manie : je n’aime pas jeter des embryons sans RIEN en faire, ça ne m’amuse pas. Donc, je prends en général toujours au moins une photo, et c’est ce que j’ai fait ce jour-là sur cet embryon, avant de passer à autre chose.

     

     

    hensel3.jpg

     

     

     

     

     



    © Hensel

     Bien plus tard, j’ai appris l’existence des sœurs Abigaïl et Brittany Hensel. Ces deux jeunes filles présentent exactement la morphologie que l’on voit à l’état embryonnaire dans ces embryons.

     

     hensel.jpg

     

     

     

     

     

     

    © Life magazine

     Elles ont été tenues à l’écart du grand public pendant toute leur vie. Depuis peu quelques images apparaissent sur internet. Elles n’aiment pas être montrées du doigt. Leurs parents et leurs médecins leur ont fait mener une vie totalement normale. Elles font du vélo, conduisent une voiture, s’intéressent à des disciplines scolaires différentes, n’ont pas les même goûts etc. etc. Leur anatomie est remarquable, mais les médecins se sont refusé à faire sur elles des recherches, ce que l’on comprend très bien. Laissons-les tranquilles.

    hensel2.jpg







    © Life magazine

     Cependant, la coordination de leurs mouvements reste un mystère absolu de la science. Elles possèdent chacune un bras et une jambe en propre. Elles ont une zone de recouvrement nerveuse commune aux deux sur l’axe médian à partir de leur point de jonction. Deux cœurs, deux estomacs, un seul intestin, un seul groupe d'organes génitaux. C’est proprement extraordinaire. On ne peut pas réellement parler de "siamois", au sens où il ne s'agit pas, comme le montre la photo in vivo de l'embryon de poulet, d'un raccommodage fortuit de deux embryons séparés. Il s'agit d'un être, fait comme ça.

    Montaigne, à qui un enfant à deux corps avait été présenté, avait écrit à son sujet :

    " nous appelons contre nature ce qui advient contre la coutusme : rien n’est que selon elle, quel qu’il soit. Que cette raison universelle et naturelle chasse de nous l’erreur et l’estonnement que la nouvelleté nous apporte "(1).

    La biologie du développement est aussi, une école de tolérance et d’humanisme.

     (1)Cité par Félix Leperchey, in L’approche de l’embryon humain à travers l’histoire, Coll. Sciences & Société, Ed. l’Harmattan, Paris 2010.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/limet-fleury/160911/un-cas-sur-dix-mille

  • Le comptoir de la pharmacie

    voie vocale.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    urticaire et photo.JPG