Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hommes - Page 4

  • Où l'on voit bien que le mental des amerloques...

    … n'est pas le même que le notre! Ils doivent être bien surpris de voir combien les salariés et/ou employés en France sont chéris par notre droit du travail!!!

    Amiens: au lieu d'une augmentation, Whirlpool propose à ses salariés... un sèche-linge

    Par  Journaliste Figaro Guillaume Poingt 

    Selon Le Courrier Picard, cette proposition a été faite mercredi lors de la réunion de négociations annuelles obligatoires. Les salariés sont outrés et envisagent des actions. Délocalisée en Pologne, l'usine Whirlpool d'Amiens fermera le 31 mai prochain.

    Pour les salariés, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Alors que l'usine Whirlpool d'Amiens - qui fabrique des sèche-linge - fermera définitivement le 31 mai prochain suite à une délocalisation en Pologne, un bien étrange "cadeau" leur a été proposé en guise d'adieu: un sèche-linge!

    Selon nos confrères du Courrier Picard , cette proposition a été faite par la direction le mercredi 28 mars lors de la réunion de négociations annuelles obligatoires (NAO) au sein de l'usine Whirlpool d'Amiens. Alors que les syndicats demandaient une forte augmentation pour les derniers mois d'activité, la direction du site amiénois a proposé un sèche-linge afin d'augmenter le pouvoir d'achat des salariés.

    "On se fout des gens jusqu'au bout"

    Un représentant de la CGT

    Cette attitude a outré les salariés et les représentants syndicaux, dont certains ont été interrogés par Le Courrier Picard. "Ils ont pété des records au niveau des dividendes des actions cette année et on nous propose un sèche-linge", déplore ainsi Frédéric Chantrelle, délégué CFDT du site amiénois Whirlpool. Avant de poursuivre: "C'est du foutage de gueule, après des années de bénéfices record. C'est indécent". Le syndicaliste détaille: "Nous demandons 700 euros mensuels avant que l'usine ne ferme. L'an dernier, on avait obtenu 4%. Pour le collège des ouvriers, cela représente 80 euros pour un salaire de 2000 euros brut". Même son de cloche pour un représentant de la CGT: "On demandait 10% d'augmentation avec rétroactivité à partir de janvier, avant que le site ne ferme. On se fout des gens jusqu'au bout".

    Selon Le Courrier Picard, une colère froide monte actuellement dans l'usine et une action du personnel serait envisagée dans les prochains jours. "Si la direction ne revient pas vers nous, nous envisageons des actions. On réfléchit à une action en début de semaine prochaine, le temps que l'on s'organise et que l'on fasse le tour des salariés", prévient ainsi Frédéric Chantrelle. Pour les salariés, il s'agirait de se manifester une dernière fois pour faire de la mauvaise publicité au géant américain Whirlpool, dont on avait beaucoup parlé durant la campagne présidentielle lorsque Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'étaient rendus sur le site d'Amiens.

    Former les remplaçants polonais

    Il faut croire que Whirlpool n'a pas vraiment retenu la leçon. Interrogé par Le Courrier Picard, le représentant de la CFDT Frédéric Chantrelle rappelle une situation comparable au début des années 2000, lorsque le groupe a abandonné la production de machines à laver dans l'usine d'Amiens. "C'était en 2002, au moment de l'arrêt de la production des machines à laver, la direction en avait offert une aux salariés", se remémore-t-il.

    Le groupe américain n'est pas le seul à s'être montré indélicat envers ses salariés licenciés. Au début du mois, le groupe Kingfisher (maison mère de Castorama et Brico Dépôt) - qui avait annoncé le 13 février la suppression de 446 emplois en France liée à la délocalisation de services administratifs en Pologne - avait ainsi incité les salariés licenciés à former leurs remplaçants polonais.... Face au tollé suscité, le groupe avait finalement plaidé une "maladresse de formulation". Derrière ces polémiques se pose la question cruciale des délocalisations d'activités implantées en France vers des pays à bas coûts, comme la Pologne, où le travail est "bon marché".

     

  • Ils sont fous ces (romains) brésiliens!

    Ils importent du sperme américain pour avoir des enfants blancs    

    Au Brésil, de plus en plus de couples infertiles et de femmes célibataires font appel à des donneurs blancs pour assurer à leurs enfants "de meilleures opportunités" dans la vie.

    Si plus de 50% de la population brésilienne est noire ou métisse, l'élite politique et sociale est quant à elle majoritairement composée d'individus à la peau claire, rapporte Slate.

    Pour cette raison, de plus en plus de couples infertiles, de femmes célibataires et de couples de femmes ont recours aux banques de sperme américaines afin de recevoir la semence de donneurs blancs.

    Selon le Wall Street Journal, les importations de sperme venant des États-Unis ont augmenté de près de 3000 % au Brésil sur les sept dernières années. Les clients espèrent ainsi avoir des enfants dotés de caractéristiques caucasiennes pour leur assurer "de meilleures opportunités", "un meilleur salaire" ou encore "un meilleur traitement de la part de la police".

    À noter que le recours aux donneurs est principalement privilégié par les familles riches, le processus de fécondation coûtant, d'après le Daily Caller, plus de 7 000 dollars.

    (Le Matin)

  • À Caen, un mur anti-urine va être expérimenté

    La ville de Caen, dans le Calvados, souhaite mettre le holà sur les incivilités du quotidien, notamment face à ceux qui se "soulagent" contre les murs.

    Qui n’a jamais eu cette envie pressante, en plein milieu d’un trajet, à tel point que l’on ne puisse plus attendre pour s’alléger la vessie, même en pleine rue ? Cette urgence, chaque homme a dû la connaître au moins une fois dans sa vie, notamment après une soirée bien arrosée.

    Seulement voilà, cette incivilité, la mairie de Caen n’en veut plus et a trouvé un subterfuge pour dissuader ces habitants de faire pipi sur les murs de la ville.

    En effet, la municipalité caennaise a décidé, dans certains quartiers tests, de déployer des murs couverts de peinture "anti-pipi". Sur ces murs, un produit hydrofuge appliqué est supposé renvoyer l’urine à son "envoyeur". Ainsi, plutôt de voir l’urine couler tranquillement sur le mur, celle-ci rebondit et éclabousse le pantalon et les chaussures. Autant dire que ce dispositif pourrait en rebuter plus d’un.

    Dans un premier temps, l’essai s’effectuera sur une surface totale de 40 mètres carrés d’ici quelques semaines sous l’œil des caméras de vidéosurveillance, afin de voir directement si cela fonctionne.

    Forcément, ce dispositif aura un coût et non des moindres puisque chaque mètre carré traité coûtera 58 euros. Un tarif qui a notamment refroidi la ville de Bordeaux qui voulait également essayer cette technique.

    Cependant, si Caen sera la première ville en France à essayer les murs anti-urine, d’autres villes ont déjà généralisé ce dispositif avec réussite comme à Hambourg.

     

  • MDR

    Paris: la "maison close" aux poupées sexuelles fait polémique

    Xdolls la première maison close avec poupées sexuelles tenue par Joaquim Lousquy fondateur et gérant des lieux

    Ouvert depuis le 1er février, Xdolls, le premier lieu français avec des poupées silicone, est dans le collimateur du groupe communiste - Front de gauche. Ils demandent la fermeture.

    Un appartement ouvert aux hommes pour des prestations sexuelles payantes sur des poupées grandeur nature en silicone est-il une maison close ? Donc illégal ? C’est la question à laquelle le préfet de police, les sénateurs, le ministère chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes et la maire de Paris sont invités à répondre…

    Nicolas Bonnet Oulaldj - président du groupe communiste - Front de gauche au Conseil de Paris - et les élus de son groupe viennent de déposer un vœu au Conseil de Paris (qui débute ce mardi) demandant l’interdiction de Xdolls, maison close de sex-toys géants "nouvelle génération".

    Les poupées qui ont déclenché la polémique

    Ce vendredi, son jeune patron, Joachim Lousquy, 29 ans, jean et tee-shirt, ancien gérant de boutiques de cigarettes électroniques, "entrepreneur avant-tout", comme il se définit, attendait le client, étonné par la polémique…

    Xdolls a ouvert il y a six semaines, le 1er février dernier dans un appartement "lambda" de 70 m2 du XIVe arrondissement. L’adresse est tenue secrète. "Les voisins ne sont même pas au courant !", sourit-il. Lumière tamisée, musique, trois chambres avec dans chacune une créature en silicone, nue, made in China - "plusieurs milliers d’euros chacune", élude-t-il - de petite taille, 1m45… Comme décor, au mur, un écran avec des vidéos pornos "pour la stimulation". Au fond, une pièce - "vous ne pouvez pas visiter" - où les poupées sont nettoyées "genre au karcher".

    "Le client fixe son rendez-vous et paye par Internet"

    Tarif des prestations? 89 euros l’heure. "Le client fixe son rendez-vous et paye par Internet". Public? "Hommes surtout, détaille Joachim, 30-50 ans, plutôt CSP + propres sur eux, ainsi que quelques couples qui viennent vivre une nouvelle expérience sexuelle".

    Pour Nicolas Bonnet Oulaldj, "Xdolls véhicule une image dégradante de la femme". "Je ne suis ni sociologue, ni philosophe, ni psychologue, réplique Joachim. Je ne suis pas la bonne personne pour répondre à ça".

    De plus, Nicolas Bonnet Oulaldj n’hésite pas considérer "ladite entreprise comme un lieu de prostitution avec un propriétaire pouvant être assimilé à un proxénète".

    La maison close à poupées sexuelles de Paris face à la polémique

    Par ailleurs les communistes fulminent: "Xdolls a été déclaré au registre de commerce en tant que maison de jeux comme si c’était une salle avec des baby-foot ou des flippers".

    Pierre Laurent, le patron du parti communiste, s’est invité dans la polémique. Le secrétaire national du PC déposera jeudi prochain une question écrite au Sénat. Il y dénonce des poupées "robots sexuels" dont "certaines peuvent faire penser à des enfants". Et déplore la "banalisation de la prostitution" et "un moyen détourné pour amener l’acceptation par l’opinion du retour des maisons closes". Sur le Web, des internautes ont regretté cette "pudibonderie", "ce manque de liberté" et cette "moralisation à outrance".

    Lorraine Questiaux, avocate et porte-parole du "Nid" à Paris - l’incontournable association féministe qui accompagne les victimes d’exploitation sexuelle - ne trouve pas ça drôle et rappelle "qu’en France, chaque année, ce sont 86 000 femmes violées". Pour elle, " Xdolls n’est pas un sex-shop. C’est un endroit qui génère de l’argent et où on simule le viol d’une femme ". La puissante association va elle aussi "interpeller le préfet".

    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-la-maison-close-aux-poupees-gonflables-irrite-les-communistes-16-03-2018-7612830.php

  • SCANDALE! Facebook a bloqué ma page personnalité publique!

    Ils ont peur que je les envoûte????

    S'ils pensent que j'ai ce pouvoir, alors c'est fait: Face de bouc va faire faillite, croyez-moi!

    Cela prendra le temps qu'il faut... mais, cela arrivera!

    Non mais, sans rire....

    LA LIBERTÉ D'EXPRESSION A L’AMÉRICAINE N'A RIEN A VOIR AVEC LA NOTRE!

    Mais, quels crétins congénitaux ces ricains! et leur affidés Français... parce que ce sont les employés français qui ont bloqués mon compte...

    Heureusement, j'avais une autre page: JOYCE-VOYANCE

    Trouvez-là, abonnez-vous, dite J'aime!

    Vous allez lire les mêmes articles que sur le blog de mon site: www.josyanejoyce.com

    où je remet les pendules à l'heure concernant ces sciences dites occultes mais, bien sûr, qui ne le sont pas....

    Défendez, SVP, la seule voyante qui fait entrer les gens dans le 3e millénaire et qui remet l'intelligence à la mode!