Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2016

Le zoo humain – 3 – Juppé (et Macron, et Dominique Baudis)

La première “vue“ d'aujourd'hui, c'est bien sûr un aigle… mais il n'est pas royal. Il le fut de temps à autre. Il y a bien longtemps. Dans l'ombre de Chirac. Si vous avez lu: Le zoo humain Macron 1, vous savez ce qu'il convient de dire au sujet des aigles. Mais, en rédigeant de nouveaux portraits, je m'aperçois que je vois des “gradations“ dans la tête animale “vue“ sur un politique.

Y'a les jeunes et les vieux aigles. Celui de Macron est Imperator. Je dirais que c'est Napoléon qui vient de se couronner lui-même. Quand il est prêt à bouffer tous les pays d'Europe pour asseoir son trône. Son ventre est tellement grand qu'il ressemble à une panse de vache. Avec deux estomacs: pour se remplir à l'infini d'orgueil, de rouerie, d'arrogance, etc…

Mais, Juppé n'est plus l'aigle royal jeune. Je dirais même que, malgré ses dénégations et ses sautillements, c'est un aigle fatigué. Il a l'air de frétiller, mais il est vieux. Il s'en tape des gens. Tous, quels qu'ils soient. Il a toujours été ainsi. C'est un associal, un handicapé du cœur. Trop intelligent, le mec.

Il aime LA France parce que ça fait bien de le dire et que c'est normal de le dire. Mais pour lui c'est un concept. Il croit qu'il explique son amour pour nous, les gens de la France d'en-bas. Mais, comme cela sonne vide et creux parce que ceux qui ont besoin d'amour, ils savent distinguer le vrai du faux sentiment.

Vous fatiguez pas, ce n'est pas un nounours. C'est un vieux ours à grandes oreilles: il écoute mais, ses oreilles je les vois pliées…. comme lourdes de trop… il est fatigué d'écouter. C'est un vieil ours aux oreilles pliées en deux, comme cassées. Il se force. Il se force beaucoup. Ce n'est pas dans sa nature de côtoyer les autres.

Il n'est pas aimable comme il veut le faire croire. Il n'est pas aussi jeune qu'il veut le faire croire. Il a plaqué un masque sur son visage d'aigle-ours qu'il conserve le plus souvent et que l'on aperçoit quand il ne sourit pas. Un vieil ours, c'est bougon, ça râle tout le temps.

Parfois, son visage devient serpent, on pourrait dire qu'il veut hypnotiser les gens pour leur enfoncer dans leur crâne SA vérité. Son hypnose est jaune, celle de l'envie, de la jalousie en principe mais lui, il entre dans votre âme pour la glacer et vous faire comprendre d'aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte.

Puis, soudain, le serpent mauvais s'enfuit car il se souvient qu'il lui faut être bonhomme et il redevient alors ce masque lunaire, sévère et strict. On le voit car il secoue la tête, mais c'est l'ours qui secoue cette tête chauve.

Lèvres pincées sur des choses énormes qui lui passent par le cerveau et qu'il étouffe, en serrant très fort ses lèvres pour qu'on ne les voie pas. Il réfléchi tellement vite que je l'appelle TGV.

En fait, il passe son temps à s'emmerder, déconnecté de cette réalité morne qu'il refuse de voir, des gens qui l'emmerdent fort, en permanence, qu'ils soient stars de ceci ou cela ou simple péquenot.

Il nous dit sans cesse qu'il ne nous aime pas mais il s'aime lui-même, il s'applaudit, il est trop fort! Voir plus haut ce que je dis de son concept de la France.

Sûr que s'il est président, il se terrera dans l'Elysée, pour voir le moins de Français possible. Il ne les aime pas. Tout le monde le fait chier. Pour faire plus littéraire, Monsieur Juppé est un sacré misanthrope. Il n'a rien d'un grand-père qu'il faut à la France. Mais qu'est-ce que la France va s'ennuyer avec lui en haut de l'affiche!

Moi, Française, je n'aime pas les gens qui ne me regardent pas dans les yeux et qui pensent à être ailleurs, (très vite encore!) quand ils me serrent la main, non par courtoisie ou déférence mais parce que c'est obligatoire et nécessaire pour leur élection. Appelée autrefois la “voyante des hommes politiques du midi“, j'en ai côtoyé pas mal, croyez-moi.

Un seul pour vous regarder droit dans les yeux: Dominique Baudis. Dès nounours comme lui, il y n'en a pas  et il n'y en aura pas d'autres. C'est pour cela que Tout Toulouse l'adorait!

 

Les commentaires sont fermés.