Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2016

Je ne vais pas vous la montrer,

mais sachez que je trouve ces gens dégueulasses; ayant le brevet d'icône de la gauchiasse, ils vont désormais se permettre des dégueulasseries encore plus indécentes: la chiasse coule sans retenue.

 

Attendu ce mercredi 30 mars dans les kiosques, le journal satirique s'attire déjà les foudres du public français et étranger sur les réseaux sociaux. La raison? Une couverture jugée "irrespectueuse" parodiant les tragiques événements du 22 mars dernier en

Serait-ce la une de trop pour Charlie Hebdo? Le journal satirique, lui aussi tragiquement victime d'attentats le 7 janvier 2015, n'est pas encore sorti dans les kiosques qu'il promet déjà de faire polémique en France et en Belgique. Connu pour ses reprises très critiques de l'actualité, l'hebdomadaire a choisi de revenir avec beaucoup de sarcasmes sur les attentats de Bruxelles survenus le 22 mars dernier.

Loin de s'être censuré, le dessinateur Riss a, pour illustrer le tragique événement qui a fait 35 morts et plus de 300 blessés, dessiné le chanteur Stromae entouré de membres tailladés et charcutés sur fond d'un drapeau belge. Un clin d'oeil à l'actualité d'autant plus morbide que l'artiste a perdu son père lors du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994.

"Papa où t'es?" demande l'interprète du tube planétaire Papaoutai. "Ici", "Là", "Et là aussi", répondent en chœur des bouts de corps, vraisemblablement déchiquetés par les bombes qui ont explosé à Bruxelles la semaine dernière. Loin s'en faut d'être revenu sur les attentats belges, Charlie Hebdo a littéralement mis en pièces la question des attentats.

Une réponse "vulgaire" qui n'est pas du tout du goût des internautes, qui n'ont pas manqué de faire savoir leur mécontentement sur Twitter.

 

Les commentaires sont fermés.