Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2015

Un canard à dit à sa cane, rit-cane!... et la cane-a-rit

Envoyé par une ami médecin, plus bas le commentaire d'un médecin

 

Par le dr Jérôme Marty, président de l'UFML

Le système est devenu fou!

Petit élément de preuve: ce matin alors que je suis en train de faire la visite du service, je suis appelé par le secrétariat : deux contrôleurs du ministère de la Santé sont là. Je descends : contrôle de l’existence d'une vérification des balances de pesée des malades par un organisme agréé !!!

Deux contrôleurs! Payés avec les deniers publics ils viennent contrôler l’agrément des balances et si celles-ci font l'objet d'une vérification annuelle par un organisme agréé, autrement dit, si les balances ont une étiquette verte!!!

Donc des dépenses pour la collectivité et des dépenses pour les établissements qui, bien sûr, payent les organismes agréés et cela, pour des balances !!!

Parce que c'est bien connu, dans les établissements de soins, on pèse les gens au juger, dans une brouette avec des sacs de sable comme contrepoids…

Le système est devenu fou avec des lois ou des décrets ubuesques dont les deux seules finalités sont de protéger des fonctionnaires en charge d'une problématique et d'arroser des entreprises en charge d'un marché captif en réponse à un lobbying bien organisé.

___________________________________________________

C'est sur, si on envoie deux inspecteurs (même pas choqués de l'insignifiance de leur tache), inspecter l’agrément des balances, le pesage sera beaucoup plus "sérieux"..

Cela va vraiment aider au diagnostic de certaines pathologies (au g près)... le tableau comme je le vois, est qu'il faut retrouver le cahier sur lequel est consigné la vérification annuelle de la balance, avec le tampon idoine de l'entreprise de vérification ( et roule, on n'a que ca à faire )

Comment faisait on dans le temps, en CHU, je précise,  avec nos cirrhotiques plein d'ascite (eau dans l'abdomen), nos cardiaques graves que l'on pesait tous les jours voir deux fois/ jour avec une insouciance frôlant la désinvolture, sur de bonnes vieilles balances d'hôpital, mécaniques et robustes, mais non agrées?

En attendant, pourquoi a t on moins d'IRM / habitant que la TURQUIE?

Les commentaires sont fermés.