Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2016

Les joies de la famille française

Tribunal : "T'es mort, gros porc, mangeur de cochons"

Me Eve Mori, en défense, a insisté sur le contexte familial: "La famille a pardonné ce qu'elle a fait ce jour-là".

Un petit bout de femme entre dans le box des prévenus, encadrée de gendarmes. Un joli visage qui va contraster d'emblée avec ce qu'on lui reproche : violence avec arme (un couteau de cuisine), menaces de mort, notamment en raison de la religion. Un couple s'avance à la barre: depuis le box, Amira Khazri envoie un baiser. "Souhaitez-vous vous constituer partie civile ?", demande la juge Marion Chavarot. Le couple fait non de la tête et se rassied, laissant le tribunal relater les faits. Fin février, à Vitrolles.

Par textos, la jeune femme a menacé sa sœur, son beau-frère, leurs enfants, dans un contexte familial dont on découvre qu'il est lié à un différend locatif. "J'étais bien installée dans l'appart', j'avais ma petite indépendance, et puis il y a eu un souci avec l'appartement", explique la prévenue. La juge détaille : "Oui, votre sœur et votre beau-frère étaient les locataires en titre, et vous n'aviez pas pu récupérer le bail de votre soeur..." Sommée de partir, la jeune femme a alors commencé à envoyer des insultes, des menaces, visant sa sœur, son beau-frère non musulman, traité de "gros porc", de "mangeur de cochon". La prévenue tente de se défendre : "Je suis quelqu'un de calme, j'ai ma famille, j'ai jamais fait de mal à personne, avant". Elle poursuit, entre deux sanglots : "Je voulais juste l'énerver, je pensais pas les messages. Et puis les enfants de ma soeur je les aime comme si c'étaient les miens..."

"Ce n'est pas très affectueux, ça"

La juge revient sur le contenu d'un SMS : "Vous avez écrit 'Je vais tuer tes cons de cochons d'enfants'... Ce n'est pas très affectueux, ça". La prévenue explique que si son beau-frère n'était pas venu, "y'aurait pas eu tout ça... Je voulais juste me défendre et lui lancer un truc. Moi j'aurais jamais été chez eux les provoquer. Avec ma soeur, on se dispute mais le lendemain ça va toujours mieux". Reste qu'il s'agit là de faits plus graves qu'une simple dispute, la prévenue ayant transpercé le bras de son beau-frère avec un couteau, rappelle la juge, avant d'inviter le couple à venir s'exprimer devant les juges, même si depuis, la plainte a été retirée. La sœur de la prévenue évoque le passé des jeunes femmes, leur enfance en Tunisie: "Elle a dû se sentir agressée quand il est venu, les hommes de chez nous sont pas des tendres...", résume-t-elle. Pour l'accusation, le procureur Blériot revient sur son intention de faire mal, par les mots et par les gestes : "Ces menaces sont difficiles à entendre, puis après avoir blessé son beau-frère, elle envoie ce SMS : 'Regarde, je l'ai planté, MDR'". Il requiert 8 mois de prison dont 6 avec sursis et mise à l'épreuve durant 18 mois, comportant obligation de soins et de travail.

Des réquisitions bien trop dures, juge Me Mori, qui détaille la fusion affective entre les deux sœurs : "Ils lui ont pardonnée. Ce jour-là, elle dépasse les bornes mais ces 15 jours de prison ont permis de mettre de l'ordre et de la sérénité. Qu'elle reste en prison est inutile". Le tribunal, après en avoir délibéré, condamne Amira Khazri à un an de prison dont deux mois ferme avec mandat de dépôt, pour les violences, les menaces contre sa sœur et son beau-frère (en raison de sa religion).

 

10:00 Publié dans Femmes, Gens, Hommes | Tags : photo, femme, fille, mec, société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.