Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Orgueilleux comme un pou.... guettez les piquouzes de botox comme sa mamie de conjointe!

26 000 euros de maquillage à l'Elysée!

Les dépenses engagées pour le maquillage du présitante depuis son arrivée à la présidence de la République atteignent 26 000 euros. L'Elysée assure que la facture va être allégée.

Les frais de maquillage du président de la République ont atteint 26 000 euros pour les trois premiers mois du mandat d'Emmanuel Macron, a indiqué l'entourage du chef de l'Etat à Paris Match, confirmant une information du "Point". Deux factures de 10 000 et 16 000 euros ont été émises par une maquilleuse professionnelle, qui avait déjà travaillé durant la campagne présidentielle. "On a cherché une solution dans l'urgence. Nous n'avions d'autre choix que de recourir à un prestataire extérieur -il n'y a pas de fonctionnaires qui pratiquent ce métier-; c'est plus onéreux", précise-t-on à l'Elysée. La présidence travaille à un "nouveau dispositif", dont les coûts "ont vocation à être inférieurs" à ce qui a été mis en place depuis l'investiture. Ce changement devrait intervenir en septembre.

"Lorsque le président part en déplacement, comme c'est le cas en ce moment pour trois jours en Europe, il peut-être amené à prendre la parole en public. S'il y a des photographes ou des caméras, cela nécessite une prestation de maquillage. Et cela signifie que la maquilleuse doit être transportée et logée", justifie-t-on à l'Elysée.

Le coiffeur de François Hollande avait fait polémique

Le Palais rappelle cependant que les dépenses réalisées depuis mai dernier ont été inférieures à ce que pratiquait l'équipe de François Hollande. Selon "Le Point", le coût atteignait 30 000 euros par trimestre. En 2016, "Le Canard enchaîné" avait par ailleurs révélé les conditions dans lesquelles le coiffeur du président avait été recruté en CDD pour un salaire de 9895 euros bruts par mois. Interrogé, le porte-parole du gouvernement à l'époque, Stéphane Le Foll, avait répondu : "Chacun se coiffe, non? (...) Ce n'est pas n'importe qui, voilà c'est tout".

Lu: C'est dans tout les médias

 

Écrire un commentaire

Optionnel