Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2015

Plus c'est débile, plus c'est gros, plus ça passe!

Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais on a des hommes (et des femmes) politiques en France qui passent leur temps à dire n’importe quoi et qui — ensuite — viennent s’excuser d’avoir dit n’importe quoi ! Ils sortent leurs bourdes et, devant l’indignation qu’elles provoquent, expliquent — après coup — qu’ils ont tenu des propos sans doute excessifs, qu’ils n’ont pas mesuré les conséquences de leurs paroles… qu’ils ne voulaient pas blesser… que leurs propos ont été mal compris etc.

 

Ces êtres supérieurs, s’ils ne contrôlent pas leur cerveau et s’ils ne mesurent pas ce qu’ils disent, alors qu’ils fassent un autre métier et qu’ils s’en aillent.

Point final: dehors et au suivant.

Gouverner notre beau pays de France exige pour moi davantage de compétences que faire le pitre dans toutes les émissions télévisés (aux si beaux noms ou titres si tellement pas français du tout: talquechaud, qu'ils disent) où ils se précipitent pour montrer leur grand amour des sans-dents et où ils croient exceller.

Hélas pour notre intelligence (et curieusement pourtant), il semble que le bon Peuple de France, vous savez la veuve de Carpentras… si bien anesthésié, décérébré et chloroformé par la médiacratie gauchiasse, trouve cela plutôt drôle et sympa. Regardez les taux d'audiences… un peu trafiqués, non?

Juste un petit rappel du lycée de Versailles:

Ségolène Royal avait à l’époque présenté des excuses à Jose Luis Zapatero, président du gouvernement espagnol, non pas pour ses propres bourditudes à elle, mais pour Nicolas Sarkozy afin de “mettre un coup d’arrêt à ses dérapages verbaux permanents“.

Jack Lang avait aussitôt demandé à ses amis espagnols d’excuser Ségolène après les “excuses“ qu’elle avait formulées auprès de José Luis Zapatero: “excusez-la, pardonnez-lui!" avait demandé l’ancien ministre socialiste à ses amis espagnols, sous-entendu, elle ne sait vraiment pas ce qu’elle dit, c'est une sorte de mégère non apprivoisée et non apprivoisable…

Manuel Valls aurait tenu des propos excessifs à l’égard des Roms. Le Premier ministre a annoncé que le ministre de l’intérieur se serait excusé pour sa maladresse mais le cabinet de Manuel Valls aurait finalement démenti les excuses: il ne se serait en fait pas excusé…

Madame Trierweiler, l'ancienne compagne, (non pacsée et non aimée de toutes les folles des pipoles mais qui ont changé d'avis lorsqu'elle a été jetée comme un mouchoir en papier) de François Hollande s’était excusée de son côté pour le message qu’elle avait posté sur Twitter en soutien d’Olivier Falorni qui était opposé à Ségolène Royal, lors du second tour des élections législatives.

Arnaud Montebourg avait, lui, présenté ses excuses à Florence Woerth, la femme de l’ancien ministre du Budget, pour des propos contre lesquels elle avait porté plainte en diffamation…

Jean-François Copé avait présenté ses excuses à Mohammed Moussaoui, le Président du Conseil Français du Culte Musulman qui avait été heurté par ses propos sur les petits pains au chocolat que c'est la vérité si je ment! mais, il faut se prosterner ventre à terre et cul levé comme d'autres soumis à la connerie humaine; il est bien entendu que c'est à Cuba qu'on fait du cacao.

François Baroin, ancien ministre de l’Économie, en avait profité à l’époque pour s’excuser, au nom de l’UMP, de l’histoire des “pains au chocolat“ de J.-F. Copé qu’il considérait comme une “insulte“ envers qui ou quoi, on ne sait pas mais il faut faire semblant d'être contre pour ne pas vexer des socialos et autres pré-empteurs de pré-imposture du pognon que verse à grand seaux les administrations territoriales et autres administrations locales et ministérielles ou professionnelles pour obtenir la paix dans les ménages ou les quartier zisolés; quand à la paix des méninges des ménages bien de chez nous, c'est bien foutu, tant qu'il y a 5 millions de chômeurs qui, comme on est bien au courant, doit baisser bientôt puisque le Flamby s'abaisse à nous le dire sans cesse, que veux-tu, toi, sans dents; c'est dit, c'est promis, je ne me représente pas, non mais, puisque je vous le dis!

Philippe Marini s’était à l’époque excusé d’avoir déclaré qu’il “aurait préféré qu’en 1867 Napoléon III et Bismarck aient un entretien qui débouche autrement et que le Luxembourg n’existe pas“. Sa bourde, qui s’ajoutait à une déclaration de Nicolas Sarkozy, suggérant au Luxembourg d’accueillir des Roms, avait failli provoquer une guerre diplomatique entre la France et le Luxembourg. Et François Fillon, premier Ministre, et le Quai d’Orsay avaient dû présenter leurs excuses et se désolidariser du sénateur UMP. Il y a toujours des gens qui veulent refaire l'histoire de France, la preuve dans tous les manuels scolaires de nos chères têtes blondes.

Jacques Séguéla s’était lui emporté sur les ondes de “Radio Néo“ en traitant Audrey Pulvar de “salope“. Il s’était excusé dans une lettre à la journaliste. Mais on s'est bien que ceux qui traitent les femmes de salope voudraient bien qu'elles les rejoignent dans leur pieu, quand ils se tapent la branlette en pensant à elles avec, quand même, je l'ai mérité, sa montre au poignet.

François Bayrou, dans l’affaire Duflot-Valls sur les Roms, avait quant à lui déclaré sur France 24: “En tant que Président de la République, si j’avais soutenu le ministre de l’Intérieur, j’aurais demandé à Mme Duflot de s’excuser ou de quitter le gouvernement […] C’est le minimum de responsabilité“. Et on est bien content qu'il ne sera jamais président monsieur de la Tournette qui tourne, comme la girouette du côté où le vent souffle et qui, fout le camp comme on l'appelle comme le chien de Jean de Nivelle m'a raconté Cadet Roussel.

Ce Bayrou, en plus, il aurait demandé à Duflot de s’excuser ou de quitter le gouvernement. Sous-entendu si on s’excuse on peut rester au gouvernement! Tous ces gens, c'est comme le serpent Ouroboros, ils tournent en rond en se mordant la queue!

Si on dit des conneries de ce genre, on doit quitter le gouvernement: parce qu’on montre qu’on ne contrôle ni ses nerfs, ni ses propos, ni le poids des mots, ni son cerveau… Et donc, dans ces conditions, on ne peut évidemment pas participer au gouvernement de la France.

 

11:11 Publié dans Gens, Liberté | Tags : photo, femme, fille, mec, société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.